•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le crâne de ma mère, de Shanti Van Dun

Portrait en noir et blanc dune femme aux cheveux courts qui sourit à la caméra.

L'autrice Shanti Van Dun est en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020

Photo : Caroline Durocher

Radio-Canada

Shanti Van Dun fait partie des 22 auteurs et autrices en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

Née d’une Québécoise abitibienne et d’un Belge flamand, j’ai grandi à L’Assomption, petite ville à laquelle je reste attachée. J’habite maintenant Longueuil, où j’élève trois enfants avec mon amoureux. J’ai publié un premier livre en 2018 chez Leméac, L’ivresse du jour 1 (finaliste au prix Arlette-Cousture), qui raconte le bouleversement absolu que constitue la fondation d’une famille. Je marche tous les jours vers le Cégep Édouard-Montpetit, où j’enseigne la littérature. J’aime voir toutes mes vies — de femme, de mère, de professeure et d’autrice — s’entrechoquer et se nourrir.

Ma nouvelle en quelques mots

Le crâne de ma mère raconte l’histoire d’une femme confrontée à la métamorphose radicale de sa mère en proie à la maladie. Comment apprivoiser le crâne maternel, comment veiller sur lui jusqu’à ce qu’il reprenne vie?

Ma source d’inspiration pour ce texte

C’est d’abord le titre de cette nouvelle qui m’est venu pendant les traitements de chimiothérapie que subissait ma mère. Le crâne de ma mère, expression notée dans un carnet sans autre commentaire, est restée en dormance dans mon esprit pendant une quinzaine d’années avant qu’en émerge cette nouvelle de pure fiction.

Les premières lignes de ma nouvelle

Ma mère est blanche : je vois le temps rattraper ma mère, elle est blanche, et je vois pour la première fois la forme de son crâne. C'est une étrange découverte que celle de ma mère dépouillée de sa tignasse brune et épaisse, c'est une étrange découverte que celle de l'apparition de ma mère jusque-là dissimulée sous sa chevelure. Ma mère est tout à coup exposée, comme si ses cheveux teints l'avaient dérobée à notre regard pendant vingt ans et l'avaient mise à l'abri, je ne saurais dire de quoi exactement, mais à l’abri.

Extrait de Le crâne de ma mère, de Shanti Van Dun

Véritable tremplin pour les écrivaines et les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta; 
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !