•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le couloir, d’Eve Ringuette

Portrait en noir et blanc de l'autrice et cinéaste Eve Ringuette. La jeune femme porte un chandail à col roulé, ses cheveux longs sur le côté. Elle regarde la caméra et sourit légèrement, bouche fermée.

L'autrice et cinéaste Eve Ringuette est en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020

Photo : E.R.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Eve Ringuette fait partie des 22 auteurs et autrices en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

Je suis une Innue métissée (mère innue et père allochtone) de la communauté d'Uashat mak Mani-utenam. Je suis née à Joliette, mais mon père était policier, donc on déménageait souvent. J'ai grandi à plusieurs endroits : Québec, Baie-Comeau, Forestville, Schefferville, Mani-utenam et Uashat. Mais chez moi, c'est vraiment Uashat, car il s'agit de ma communauté. C’est là que je vis. J'ai différentes passions artistiques, la peinture, l'artisanat, la couture, le jeu d'acteur, et plus récemment, l'écriture. J'ai découvert le cinéma à l'âge de 20 ans et obtenu un premier rôle dans le film Mesnak (2010). Par la suite, j'ai voulu travailler dans le domaine de la télévision et du cinéma, et je suis donc devenue assistante de production, et plus tard, directrice de production pour Nish Média, située en Outaouais. J'ai également obtenu un premier rôle dans leur production Le dep (2015). En 2018, je suis retournée dans ma communauté pour me reconnecter à mes racines et, en fin de compte, c'est à ce moment-là que je me suis mise à créer encore plus et à explorer d'autres chemins créatifs. J'ai scénarisé et réalisé deux courts-métrages avec le Wapikoni Mobile. L'écriture de ces scénarios m'a donné envie de pousser plus loin dans l'écriture de fiction. J'élargis mes horizons.

Ma nouvelle en quelques mots

Mathieu roule sur une route qui devient de moins en moins perceptible à cause d'un brouillard qui s'intensifie à mesure qu'il avance. Il se rend tranquillement compte qu'il est perdu et décide de s'arrêter dans une cabane abandonnée. Il découvrira, derrière les portes de ce lieu sombre, une partie de lui qu'il avait intentionnellement enfouie.

Ma source d’inspiration pour ce texte

Cette histoire fait suite à une dépression légère que j'ai vécue à la suite du décès de mon père, combinée avec un post-partum. On a trop souvent des proches qui nous disent que si on veut être heureux, on n’a qu'à l'être. Mais vivre avec une maladie mentale, ce n'est pas aussi simple. Dans mon cas, il s'agissait d'un épisode de dépression résultant de faits intenses dans ma vie, mais je suis devenue consciente de ce que peuvent ressentir les personnes qui sont aux prises avec la dépression. Cette histoire est un voyage dans la tête d'une de ces personnes.

Les premières lignes de ma nouvelle

« Un brouillard épais empêche Mathieu de voir à plus de trois mètres devant lui. Il conduit, les
sourcils froncés, recroquevillé sur le volant comme si ça pouvait changer quelque chose. Il ne
sait pas où il est, il est perdu. Sans indice pour lui indiquer où il va, il s’enfonce plus loin dans cette obscurité qui s’intensifie à mesure qu’il avance.
Il n’en peut plus, ça fait une éternité qu’il roule, la fatigue le force à emprunter un chemin sur le côté de la route qu’il aperçoit à la dernière minute. Il espère y trouver un endroit isolé pour se stationner et se reposer un peu en attendant que le temps s’éclaircisse. »

— Une citation de  Extrait de Le couloir, d’Eve Ringuette

Véritable tremplin pour les écrivaines et les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta; 
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !