•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des barrages routiers limitent l'accès à huit régions du Québec

Le bilan fait état de 2498 cas confirmés et de 22 décès liés au coronavirus dans la province.

Les explications de Hugo Lavallée

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Après avoir invité les Québécois à éviter les déplacements entre les régions, le gouvernement Legault impose maintenant le contrôle des allées et venues dans huit d'entre elles.

Les régions concernées sont le Bas-Saint-Laurent, l’Abitibi-Témiscamingue, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James.

La mesure est effective depuis 16 h samedi. Des points de contrôle policiers sont installés sur les grands axes routiers qui permettent d'entrer ou de sortir de ces régions.

Le premier ministre, François Legault, s'accorde une journée de repos pour la première fois depuis le début de la crise, c'est donc la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, qui a fait l'annonce de cette nouvelle mesure lors du point de presse quotidien.

Il ne faut pas se surprendre si, à partir de 16 h, on se fait intercepter. Et si on ne remplit pas les critères de déplacements essentiels, on va se voir retourné à notre endroit d’origine.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Tout va être interdit, toutes allées et venues, sauf ce qui est considéré comme essentiel, a ajouté la vice-première ministre. Et par essentiel, on veut dire tout ce qui se rapporte aux services essentiels, tels que conçus dans la liste qu’on a publiée (Nouvelle fenêtre) il y a quelques jours, ainsi que tout ce qui touche la santé et l’humanitaire.

Un enfant pourrait-il, par exemple, se rendre dans une autre région que celle où il demeure dans le but d'aider un parent vieillissant à faire son épicerie? Il y a toujours le gros bon sens qui s'applique, a répondu Mme Guilbault. Mais si le parent en question peut se débrouiller autrement grâce à un voisin, un ami ou un autre membre de la famille qui vit dans la même région, [...] il faut absolument prioriser cette solution. Il en va de notre force de frappe préventive.

Protéger les plus vulnérables

Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a expliqué au cours du même point de presse que de « fermer » ces régions était en fait un geste préventif, pour éviter que les « points chauds » de la province ne contaminent ces secteurs qui sont pour le moment peu affectés.

On met un filtre pour retarder l'importation [de la COVID-19] vers ces régions-là. Ce sont aussi des régions qui ont des personnes plus vulnérables, plus vieilles, avec plus de problèmes de diabète et autres, donc c'est une population plus à risque en général, a souligné le Dr Arruda.

On compte maintenant 2498 cas confirmés de la COVID-19 au Québec. Il s'agit d'une hausse de 477 cas en 24 h. Parmi les personnes infectées, 164 sont hospitalisées, dont 57 se trouvent aux soins intensifs. Quatre personnes de plus ont aussi succombé à la maladie, ce qui porte le bilan des victimes à 22 dans la province.

Les régions les plus touchées par la COVID-19 sont Montréal, l'Estrie, la Montérégie, la Capitale-Nationale et Laval. Aucune de nos régions au Québec n’est à l’abri d’une situation qui pourrait s’empirer de jour en jour, a toutefois prévenu Geneviève Guilbault.

Il n'est pas prévu pour le moment de contrôler les frontières entre les provinces, selon la ministre Guilbault. Le Nouveau-Brunswick, qui partage une frontière avec la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, a déjà instauré des points de contrôle pour éviter les voyages non essentiels.

Concernant l'Ontario, on n'envisage pas d'empêcher les allées et venues, du moins pour l'instant. Vous le savez, tout change de jour en jour, a-t-elle précisé.

Une voiture stationnée de la SQ sur une route de campagne.

La Sûreté du Québec patrouille certains secteurs dans la grande région de Montréal, le 28 mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Contrôles à la frontière américaine

Depuis 9 h samedi matin, Québec a par ailleurs mis sur pied des points de contrôles policiers à la frontière terrestre avec les États-Unis. Le nombre important de Québécois qui reviennent de la Floride, ceux que l'on surnomme les « snowbirds », inquiète les autorités.

C’est un enjeu et une préoccupation majeure, vous l’avez sans doute senti comme moi dans les derniers jours, l’afflux de gens en provenance des États-Unis a causé une certaine inquiétude. On veut s’assurer que chaque personne qui entre au Québec est au courant qu’elle doit s’isoler […] et ne sortir sous aucun prétexte, a expliqué Mme Guilbault.

L'objectif est donc de sensibiliser les voyageurs à l'obligation de respecter une quarantaine stricte de 14 jours. La seule raison valable pour sortir serait pour subir un test de dépistage de la COVID-19, a rappelé la vice-première ministre.

Ces points de contrôle, qui sont assurés par la Sûreté du Québec (SQ), se trouvent aux postes frontaliers de Saint-Bernard-de-Lacolle, de Stanstead et de Saint-Armand. D'autres doivent aussi être mis en place sur des routes secondaires empruntées par certains automobilistes.

Le gouvernement fédéral a par ailleurs annoncé samedi qu'à compter de lundi midi, il sera impossible pour les Canadiens ayant des symptômes de la COVID-19 de prendre des vols intérieurs ou le train.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique