•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thunder Bay : ceux qui sortent de la municipalité doivent s'isoler à leur retour

Le Dr Stewart Kennedy donne un point de presse

Le Dr Stewart Kennedy entouré des membres de l'équipe de gestion des crises du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay. (archive)

Photo : CBC

Le Dr Stewart Kennedy, du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay (CRSSTB), a déclaré vendredi que les personnes qui retournent dans le Nord-Ouest de l’Ontario après avoir séjourné ailleurs dans la province, notamment à Toronto ou à Ottawa, devraient s’isoler pendant 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19.

Le Dr Kennedy, responsable de la gestion des cas de COVID-19 au CRSSTB, insiste sur l’importance de réduire les risques de contamination entre les régions.

« Bien que nous n’avons pas de cas de COVID-19 à l’hôpital, nous sommes préoccupés par le fait qu’il y a une propagation dans la communauté à Toronto et à Ottawa, ainsi que des déplacements constants entre les zones touchées et Thunder Bay. »

— Une citation de  Dr Stewart Kennedy, Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

Il a rappelé que toute propagation du virus dans les établissements de soins de longue durée de la ville pourrait être désastreuse.

« C’est notre population la plus fragile. Nous devons tous travailler pour prévenir cela, et nous pouvons le faire en suivant les règles. »

— Une citation de  Dr Stewart Kennedy, Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

En date du 27 mars, il y a un cas confirmé de la COVID-19 à Thunder Bay et il n’est pas hospitalisé.

Une bonne idée difficile à mettre en œuvre

Le professeur Craig Janes, directeur de l'École de santé publique et des systèmes de santé de l'Université de Waterloo, affirme que la consigne annoncée par l'hôpital de Thunder Bay a du sens pour tenter de protéger une région isolée.

En général, tout ce que nous pouvons faire pour empêcher les gens de se déplacer soutient nos tentatives de renverser la courbe d'infection, écrit-il.

Il met toutefois un bémol. Bien sûr, nous devons reconnaître que les gens ont besoin de voyager pour diverses raisons importantes ou essentielles, et il peut ne pas être possible pour ces personnes de s'isoler pendant deux semaines.

En outre, ce protocole serait impossible à appliquer, avance-t-il, entre autres en raison de l'absence de frontières. Mais pour revenir à mon premier point, en tant que message de santé publique, [la directive] est valable.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Dans le Nord-Est de la province, le porte-parole de Santé publique Sudbury et districts, Jamie Lamothe, indique que l'agence ne recommande pas de son côté l'isolement de ceux qui se sont seulement déplacés à l'intérieur de la province.

Il rappelle toutefois les mesures d'hygiène et de distanciation sociale que tous doivent respecter, et la quarantaine obligatoire pour ceux qui reviennent de l'étranger.

Le Grand Sudbury comptait vendredi 6 cas confirmés de COVID-19.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !