•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matane veut soutenir les groupes communautaires pendant la crise de la COVID-19

Un gros chariot rempli de boîtes de céréales, de paquets de farine et de paquets de riz.

La Ville de Matane souhaite soutenir les groupes communautaires qui auront sans doute besoin de renfort au cours des prochains jours.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Gallorini

Radio-Canada

La Ville souhaite que ces employés puissent travailler en renfort au sein des groupes communautaires.

Jusqu’à maintenant, seule une trentaine d’employés temporaires ou saisonniers ont été mis à pied à la Ville de Matane.

Les élus ont choisi de maintenir en poste les employés permanents et de les réaffecter à d’autres tâches, notamment aux services essentiels.

La fermeture des lieux de loisirs, comme la bibliothèque, l’aréna, la piscine, a toutefois laissé plusieurs employés municipaux sans occupation.

La Ville estime cependant que l’aide communautaire deviendra sous peu essentielle et a créé un comité pour planifier ses actions en soutien aux groupes communautaires.

Des employés de la Ville pourraient donc être appelés à apporter leur aide.

On le voit dans d’autres villes qui ont beaucoup de cas actuellement, il y a de grandes problématiques pour les organisations communautaires afin de soutenir les gens qui sont en besoin. Ce que l’on souhaite, au lieu de mettre des gens à pied, si les gens acceptent, c’est qu’ils puissent s’impliquer , précise le maire de Matane, Jérôme Landry.

Homme devant un ordinateur

Le maire de Matane, Jérôme Landry

Photo : Radio-Canada / Jean-françois Deschênes

Pour l’instant, le maire rapporte que les ressources sont suffisantes dans les groupes communautaires pour répondre aux demandes. C’est le cas, dit-il, à la Cuisine collective, notamment.

Mais, ajoute le maire, on sait très bien qu’à partir de la fin de la semaine prochaine, les besoins vont exploser. On veut anticiper ces besoins et trouver une façon de les aider. On va voir si c’est par de la main-d’oeuvre, du soutien technique ou sur le plan financier.

Différentes mesures pour aider la population

Comme beaucoup de municipalités, Matane a suspendu les pénalités sur le versement des taxes municipales.

La préparation des camps de jour a été annulée, mais deux personnes travaillent à établir une programmation destinée aux plus petits comme aux plus grands afin de distraire les gens confinés à la maison.

Sur le plan économique, le maire relève que plusieurs entreprises de la Ville qui travaillent dans le secteur des ressources naturelles sont considérées comme essentielles.

Des compagnies comme Marmen, GDS ou Sappi, sont donc toujours en activités. Par contre, tout le secteur commercial et celui du tourisme sont durement touchés par les directives ministérielles pour éviter la propagation de la COVID-19.

Usine

L'usine Marmen de Matane pourra poursuivre ses opérations.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le défi sera de mettre en place le plan de relance, fait valoir le maire. La rétention de la main-d’oeuvre, qui pourrait quitter Matane vers d’autres régions, sera aussi à travailler. Ça nous mettrait dans une précarité qu’on voudrait éviter , souligne M. Landry.

Un autre comité a donc été mis sur pied pour évaluer l’aide qui pourrait être apportée afin de compléter l’aide gouvernementale.

Soutien de la MRC de la Matanie

C’est dans cet esprit d’ailleurs que la MRC de la Matanie a annoncé cette semaine qu’elle accordait un moratoire de trois mois sur les prêts déjà consentis aux entreprises de son territoire.

Les entreprises qui ont obtenu une aide financière à partir des fonds locaux d’investissement et de solidarité n’auront à payer ni capital ni intérêt. L’aide touche 35 entreprises et un total de 40 prêts.

Le préfet de la MRC de la Matanie, Andrew Turcotte, précise que la mesure pourra être prolongée au besoin.

Selon le préfet de la Matanie, la plupart des petites municipalités de la région ont mis en place des comités afin d’aider les personnes âgées, notamment celles qui vivent seules et qui auraient besoin de services de livraison pour des médicaments ou des denrées alimentaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Engagement communautaire