•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avocat victime d’une tentative de meurtre

Une vue en contre-plongée du bâtiment de la SQ avec le logo de l'organisation. On voit en premier plan la clôture qui ceinture l'édifice.

Le quartier général de la Sûreté du Québec à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

C’est grâce à sa présence d’esprit que Nicholas Daudelin a eu la vie sauve jeudi soir.

Lorsqu'un homme armé a fait feu sur lui, alors qu’il venait répondre à la porte, l’avocat a plongé au sol et a reçu un projectile à la jambe.

Tranquillement installé dans sa maison de Mont-Saint-Hilaire, Nicholas Daudelin écoutait une pièce de théâtre à la radio quand on a sonné à la porte.

Un homme lui a demandé s’il était M. Daudelin.

Non, veuillez quitter mon terrain, a répondu l’avocat. Puis, un second a surgi, une arme à feu à la main.

L’avocat s’est jeté au sol.

Les deux hommes se sont enfuis. Les secours ont été prévenus.

Nicholas Daudelin est hors de danger maintenant, mais il est sous protection policière à l’hôpital.

J’ai vraiment pensé que j’allais mourir, dit-il aujourd’hui.

Impossible de savoir ce qui a motivé cet attentat, mais Nicholas Daudelin, un jeune avocat doué, gère de gros dossiers et représente des clients importants.

Parmi eux, des institutions financières.

Depuis un an, il pilote un dossier majeur dans une affaire de fraude immobilière.

La Cour d’appel lui a donné raison vendredi dernier.

La Sûreté du Québec fait enquête sur cette tentative de meurtre.

PRÉCISION :Cet article a été modifié pour en retirer un passage prêtant à équivoque. Nous y écrivions que, lorsque ce genre d'histoire survient, elles touchent des avocats criminalistes qui pataugent dans les affaires louches de leurs clients. Or, loin de supputer que tous les avocats criminalistes entretiennent de tels liens avec leurs clients, ce passage cherchait à préciser que certains avocats criminalistes avaient été au cœur d'histoires semblables. Nous sommes désolés de la confusion que cela a pu causer chez certains lecteurs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Crimes et délits

Société