•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des réponses aux questions des enfants

Le ministre québécois de la Famille, Mathieu Lacombe, a répondu vendredi aux questions d'enfants sur la pandémie.

Des jouets pour enfants et une aire de jeux fermée dans un parc.

Montréal a fermé les aires de jeux et les modules de tous ses parcs.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Va-t-on manquer de nourriture? Est-ce que je peux aller jouer dehors? Mon chien peut-il attraper le coronavirus? Les enfants peuvent poser de multiples questions à leurs parents. Pour vous aider, voici les réponses du ministre québécois de la Famille, Mathieu Lacombe, à certaines d'entre elles.

Après avoir été bouleversé par la question de son fils de 6 ans, qui a demandé s'il allait mourir de la COVID-19, le ministre Lacombe a décidé de répondre directement aux questions de jeunes Québécois sur la pandémie.

Le tout était une initiative de Télé-Québec et de la Coopérative nationale de l’information indépendante.

Les réponses de M. Lacombe ont été diffusées vendredi après-midi (Nouvelle fenêtre) sur la plateforme numérique jeunesse Squat de Télé-Québec, lors d'un point de presse pour enfants seulement.

Voici quelques-unes d'entre elles.


Antoine, 7 ans, de Montréal : Quelle chanson chantez-vous lorsque vous vous lavez les mains? Nous, on chante deux fois Bonne fête.

Tu fais bien, Antoine, de chanter Bonne fête, parce que c’est une chanson qui dure 20 secondes. Vingt secondes, c’est le temps que ça prend pour faire un bon lavage de main avec de l’eau tiède et du savon.

Si tu veux changer de chanson, tu peux aussi réciter l’alphabet. Ça dure à peu près la même durée. Et chez nous, on a aussi notre propre petite chanson. Mais ça, c’est notre secret à nous!

Nathaniel, 8 ans, de Blainville : D’où provient le coronavirus et de quel animal?

C'est une bonne question, Nathaniel. C'est la question que tout le monde se pose actuellement. On ne le sait pas. Il y a des milliers de scientifiques dans leur laboratoire qui travaillent actuellement à trouver la solution.

Mais ce qu'on sait, par contre, c'est qu'on a des moyens pour se battre contre le virus. C'est ça l'important. C'est de mener cette bataille ensemble, de bien suivre les consignes pour y arriver parce que, ce qu'on veut, c'est pouvoir sortir, pouvoir aller voir notre famille et nos amis le plus rapidement possible.

Zachary, 12 ans, de Manawan : Quand vais-je pouvoir voir mes amis et ma famille qui vit dans une autre communauté?

Je comprends que pour toi, Zachary, c'est difficile actuellement, comme pour beaucoup d'autres jeunes.

Ce que je te dirais, c'est d'utiliser la technologie pour être près des gens que tu aimes. Pourquoi ne pas les appeler sur Skype ou sur FaceTime, par exemple? Pourquoi ne pas souper avec tes grands-parents à table avec FaceTime?

On n'est pas habitués à faire ça, mais dans les circonstances exceptionnelles qu'on connaît, ça peut nous encourager à adopter de nouveaux trucs.

Je sais que ce n'est pas facile, mais tout le monde doit écouter les consignes. Et si on fait ça, ensemble, on va y arriver.

Ellie, 9 ans, de Gatineau : Y a-t-il des risques que des magasins importants, comme les épiceries, doivent fermer?

Ellie, je veux te rassurer : on ne manquera pas de nourriture.

On a des agriculteurs, par exemple, dont le travail est de produire des oeufs, de la viande, du lait, des fruits et des légumes. Il y a d'autres gens dont le métier est de préparer la nourriture. D'autres, de la transporter jusque dans nos épiceries. Et finalement, il y a des gens qui font un travail essentiel : celui de nous vendre la nourriture dans nos épiceries.

Je veux te rassurer : on ne manquera pas de nourriture grâce à ces personnes qui s'occupent bien de nous.

Mamadou, 10 ans, de Sherbrooke : Est-ce que mon chien peut attraper le coronavirus et le transmettre à l'humain?

C'est une bonne question Mamadou. Ce que je peux te dire, jusqu'à maintenant, c'est qu'on n’a pas de preuve que les animaux de compagnie peuvent attraper le coronavirus.

Par contre, leur pelage, comme n'importe quelle autre surface, peut transporter le virus. Il faut donc faire attention si des étrangers, des gens que tu ne connais pas, par exemple, flattent ton chien. Ce que je te propose, c'est d'éviter que des gens que tu ne connais pas viennent le flatter lorsque tu prends une marche avec lui.

Aussi, je ne sais pas si ton chien aime prendre un bain. Mais que ce soit le cas ou non, je te propose également de lui faire prendre un bain pour t'assurer que son pelage soit toujours bien propre.

Malak, 10 ans, de Montréal : Si jamais le premier ministre attrape la COVID-19, qu'est-ce que vous allez faire?

Bonjour Malak. Je peux d'abord te rassurer : le premier ministre écoute très bien ses propres consignes. Il prend toutes les précautions pour ne pas tomber malade.

Par contre, il n'est pas à l'abri d'attraper la COVID-19. Donc si ça arrive, il va recevoir des soins et il va faire comme tout le monde : il devra s'isoler pour une période de 14 jours.

Pendant son absence, s'il tombe malade, ce sera la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, qui prendra la relève.

Anaïs, 11 ans : Si on a une urgence médicale, peut-on tout de même aller à l'hôpital sans craindre d'attraper le coronavirus?

Ta santé, c'est la priorité. Donc si tu es malade, oui, tu dois consulter un médecin.

Mais ce que je te propose, c'est de demander à tes parents de téléphoner à Info-Santé (Nouvelle fenêtre) (811) avant de te présenter à l'hôpital. Tes parents pourront expliquer à l'infirmière au téléphone quels sont tes symptômes et l'infirmière pourra vous donner la meilleure stratégie, la meilleure solution, pour que tu puisses voir un docteur.

Si tu devais quand même aller à l'hôpital parce que l'infirmière te le suggère, sache que tu seras en sécurité. Les médecins et les infirmières qui travaillent là-bas sont habitués à travailler avec des virus. C'est un environnement qui est sécuritaire et propre.

Noémie, 8 ans, de Val-d'Or : Parmi les gens qui attrapent le coronavirus, y a-t-il plus de morts que de vivants?

La réponse, Noémie, va te rassurer : il y a beaucoup plus de vivants que de morts liés au coronavirus, parce que les gens écoutent les consignes, parce que tout le monde fait sa part.

Toi, ce que tu peux faire pour faire ta part, c'est de bien laver tes jouets, bien laver tes mains. Si tu respectes ces consignes-là, tu vas nous aider beaucoup à combattre le virus, parce qu'on sait comment le combattre. Il faut de bonnes mesures d'hygiène.

Plus il y a de gens qui vont suivre les consignes, moins il y aura de gens qui seront infectés et qui tomberont malades.

Raoul, 11 ans, de Drummondville : Comme plusieurs enfants du Québec qui ont eu le cancer, je suis immunodéprimé. Mon système immunitaire est donc moins fort. Y a-t-il des recommandations spéciales pour nous?

Je vais commencer, Raoul, par te dire que ta santé, c'est la priorité. Tu dois continuer de faire comme tu le fais d’habitude : tu dois faire très attention à ta santé. Ça veut dire, par exemple, de ne pas avoir de contact avec tes amis pour l'instant.

Ça veut aussi dire que, si quelqu'un dans ta famille est malade, tu devras prendre des précautions supplémentaires. Si vous écoutez bien les consignes, ça ne devrait pas arriver. Mais je te le répète : ta santé, c'est la priorité.

Clémence, 3 ans, de Trois-Rivières : Est-ce qu'on peut continuer d'aller jouer dehors?

Bien sûr, Clémence, que tu peux aller jouer dehors. Même qu'on t'encourage à aller jouer dehors avec ton frère, ta soeur ou tes parents, par exemple.

Par contre, on ne t'encourage pas à aller au parc, où tu pourrais être en contact avec des surfaces de jeux sur lesquelles le virus pourrait être.

Mais si tu souhaites aller prendre une marche avec tes parents parce que tu as beaucoup d'énergie, je te propose de te promener dans les rues de ton quartier et de partir à la chasse aux arcs-en-ciel, par exemple. Tu vas voir, il y a beaucoup d'amis qui nous ont envoyé du courage en dessinant ces arcs-en-ciel et en les installant à leur fenêtre.

Mélia et Alice, 11 ans et 9 ans, de Gatineau : Est-ce que le virus pourrait infecter les légumes, les fruits ou les autres aliments? Et si on les mange, est-ce qu'on pourrait l'attraper?

Le virus se transmet généralement par les gouttelettes produites par les humains. Par exemple, lorsque vous éternuez ou vous toussez. C'est pour cela qu'il est important d'avoir de bonnes mesures d'hygiène.

Et le virus se transmet habituellement par les mains. Donc, c'est important de ne pas se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec les mains et de bien les laver.

Sur les aliments, sur les surfaces sèches ou humides, le virus peut survivre environ de 3 à 6 heures. L'important, c'est de bien laver les fruits, de bien laver les légumes que vous avez l'intention de manger. Et surtout, de bien vous laver les mains lorsque vous allez cuisiner avec votre papa ou votre maman.

Liam, 9 ans, de Lévis : Est-ce que c'est vrai que je dois vivre avec mon parent le plus sévère pendant tout le confinement?

L'important, Liam, c'est d'habiter dans un endroit où ta santé ne sera pas en danger. Donc, si tes deux parents sont en bonne santé, l'idéal est de respecter ta routine habituelle de garde.

Par contre, ça peut parfois être plus difficile si ton père ou ta mère travaille, par exemple, à l'hôpital. Dans ce cas, on te suggère de parler à tes parents pour trouver la meilleure solution pour toi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique