•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon empêche les évictions pour loyer en retard à cause de la COVID-19

Une affiche indique en anglais qu'une propriété est à louer.

Un propriétaire du Yukon ne pourra plus évincer ses locataires si ceux-ci souffrent des impacts de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

Le gouvernement du Yukon a annoncé, jeudi, de nouvelles mesures empêchant les propriétaires d'évincer leurs locataires si ceux-ci ne sont pas en mesure de payer leurs loyers à temps à cause des effets de la COVID-19 sur l'économie.

Le gouvernement a aussi mis en place un programme offrant des congés de maladie payés aux travailleurs yukonnais qui n'en ont pas, ou qui n'en ont pas assez.

Ces nouvelles mesures économiques ne sont qu'un début, a assuré le ministre du Développement économique, Ranj Pillai, mais elles allégeront le poids économique de la pandémie pour les Yukonnais.

Le ministre des Services aux collectivités, John Streicker, a annoncé avoir ajouté un nouveau règlement à loi régissant les loyers afin d'empêcher les propriétaires d'expulser les locataires en isolement et ceux qui ne peuvent plus payer à temps leurs loyers pour des raisons liées à la COVID-19.

Le règlement permet ainsi aux locataires de payer leur loyer en retard dans les 90 prochains jours s'ils ont perdu leurs emplois, ont subi des baisses de revenus ou font face à d'autres effets de la COVID-19.

Le règlement permet aussi à un locataire de mettre fin à son bail sans devoir payer de pénalité. Cette mesure permettra, selon le gouvernement, « d'offrir du logement à des locataires qui ont les moyens de payer leur loyer ».

Un homme devant une toile sur un mur sourit à la caméra.

John Streicker, est le ministre des Services aux collectivités du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

En conférence de presse, John Streicker a affirmé que son ministère travaillera aussi afin d'aider les propriétaires de logements.

Des congés payés disponibles

Le programme de congé de maladie permettra à tous les travailleurs qui n'en ont pas ou n'en ont plus en banque de rester chez eux s'ils sont malades ou s'ils doivent s'isoler, tout en recevant leur salaire quotidien.

L'argent versé aux employeurs couvrira un maximum de 10 jours de salaire par employés. Seuls les congés de ceux qui n'en non plus en banque seront remboursés.

Pour les travailleurs autonomes, le gouvernement pourra rembourser jusqu'à10 jours de leur rémunération quotidienne moyenne.

La note d'un médecin ne sera pas nécessaire et cette mesure est en vigueur rétroactivement à compter du 11 mars.

Le ministre Ranj Pillai a aussi annoncé des changements au programme de candidature à l'immigration, qui permettra aux candidats à l'immigration qui sont mis à pied de ne pas avoir à se trouver un nouvel emploi dans les 90 jours suivants, comme le veut habituellement le programme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Emploi