•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, le Québec ne manquera pas d’œufs, assurent les producteurs avicoles

Une douzaine d'œufs.

Une douzaine d'œufs

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Des consommateurs québécois ont craint de manquer d’œufs ces dernières semaines. En fait, ils ont créé une fausse pénurie en stockant des quantités exagérées, explique le président de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, Paulin Bouchard. Mais les Québécois peuvent être tranquilles, ils ne manqueront pas d’œufs en ces temps incertains, assure M. Bouchard.

La Fédération indique que les poules de ses membres produisent cinq millions d’œufs chaque matin pour nourrir la population du Québec.

Si les consommateurs ont vu des tablettes vides, c’est en raison de ce que Paulin Bouchard appelle le « syndrome du papier de toilette », mais aussi parce que l’industrie est en train de s’ajuster à la demande.

Des centaines d'oeufs en attente d'être transportés vers les épiceries.

Des centaines d'oeufs en attente d'être transportés vers les épiceries.

Photo : collaboration Mireille Lapierre

On a dû se repositionner après la fermeture de commerces, dont les restaurants qui étaient d’importants clients, mentionne-t-il. Maintenant que nos œufs sont redirigés en majorité vers les supermarchés, il a fallu s’ajuster dans des délais très courts, ce qui a été fait. Les gens vont le constater dans les prochains jours.

M. Bouchard affirme aussi qu’il n’est pas nécessaire d’augmenter la production pour le moment, ni les prix.

Au Québec on ne prévoit pas d'augmentation des prix actuellement. Ça s’est vu aux États-Unis, mais pas ici.

Paulin Bouchard, président de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec

On est en train de faire un gros virage, ajoute le producteur de Saint-Gédéon-de-Beauce. On travaille très fort. Nos producteurs font des efforts extraordinaires. Les consommateurs peuvent être rassurés, ils ne manqueront pas d’œufs.

Paulin Bouchard, président de la Fédération des producteurs du Québec devant sa ferme.

Paulin Bouchard, président de la Fédération des producteurs du Québec

Photo : collaboration Fédération des producteurs du Québec

Paulin Bouchard ne veut pas rater l'occasion de faire valoir les avantages de la gestion de l’offre, parfois critiquée. Si jamais les besoins augmentent, on va s’ajuster, promet-il. On peut le faire avec la gestion de l’offre, qui nous permet d'avoir une industrie forte. C'est une richesse d'avoir ça chez nous. Aujourd’hui, si on devait s'approvisionner aux États-Unis, ça coûterait quatre fois le prix.

La souveraineté alimentaire, c’est la richesse de s'autosuffire. C’est essentiel dans la situation qu’on vit aujourd'hui. On en a la preuve.

Paulin Bouchard, président de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec

Par ailleurs, l’Union paysanne en profite aussi pour faire valoir son point de vue en ce qui concerne l’autosuffisance alimentaire. Elle réclame l’augmentation des seuils de productions hors quota à 500 œufs pour favoriser la production et la distribution en circuits courts, comme elle l'avait déjà fait valoir devant la Régie des marchés agricoles.

Des œufs de toutes les couleurs.

Production d'œufs artisanale

Photo : iStock / VladislavStarozhilov

S’adressant au président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, l’organisme lui demande d'agir en « acteur positif du changement ».

Grosse production dans la Vallée-de-la-Matapédia

L’industrie avicole est prospère dans la Matapédia, où Mireille Lapierre exploite un quota de 20 700 poules à la ferme Avibest, à Saint-Tharcisius.

Machinerie industrielle pour le traitement des oeufs.

Installations de la ferme Avibest

Photo : collaboration Mireille Lapierre

Administratrice pour l’Est-du-Québec de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, Mme Lapierre tient le même discours que celui du président.

On a tout ce qu'il faut. Notre industrie est très bien organisée, souligne-t-elle.

Elle dit avoir ressenti les effets de cette « pénurie ». La première semaine, on a dû doubler le nombre de camions en Gaspésie. On aurait pu augmenter encore, on avait les œufs pour [cela], mais il nous a fallu du temps pour modifier nos emballages et s’adapter, raconte-t-elle.

Un oeuf avec un code écrit en rouge.

Le code situé en haut de la date de péremption de l'oeuf permet de connaître sa provenance. Il suffit de vérifier sur le site web oeufs.ca

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Mme Lapierre précise qu’il y a cinq producteurs d’œufs dans la Vallée, membres de la Fédération. Selon elle, il n’y en a pas en Gaspésie ni en Matanie. Il y a des fermes avicoles à Rimouski, Trois-Pistoles et Dégelis.

Il y a 10 ans, il n'y avait aucune production d’œufs dans la Vallée. Ce sont des entreprises qui stimulent notre économie et qui amènent une plus-value importante dans la région.

Mireille Lapierre, administratrice pour l’Est-du-Québec à la Fédération des producteurs d’œufs du Québec

La productrice ne prévoit pas augmenter la production à court terme, mais indique que le rythme pourra facilement être accéléré selon la demande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie alimentaire