•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au travail à la plus grosse usine québécoise de crabe des neiges

Travailleurs qui traitent du crabe des neiges dans une usine.

Usine de transformation du crabe des neiges E. Gagnon de Sainte-Thérèse-de-Gaspé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

E. Gagnon et Fils, la plus grosse usine de transformation de crabe des neiges de la province, devrait recevoir samedi sa première cargaison provenant de la zone de pêche 17, soit l’estuaire du Saint-Laurent.

D'ici lundi, une trentaine d’employés seront rappelés au travail.

Travailleurs saisonniers dans une usine de transformation du crabe.

Travailleurs saisonniers dans une usine de transformation du crabe (archives)

Photo : Radio-Canada

Pour nous, ce sont des volumes qui servent à lancer l’usine et à tester le marché. On ne peut pas comparer la zone 17 à la zone 12 [le golfe du Saint-Laurent, NDLR], mais c’est quand même important parce que ça nous permet de former les employés.

Bill Sheehan, vice-président, E. Gagnon et Fils

La direction dit avoir mis en place des mesures de protection afin de respecter les consignes de distanciation physique imposées par le gouvernement du Québec pour freiner la propagation de la COVID-19.

Au plus fort de la saison, l'usine embauche près de 400 personnes réparties sur deux quarts de travail.

Bill Sheehan de E. Gagnon et Fils

Bill Sheehan de E. Gagnon et Fils

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Avec les faibles volumes de crabes de la zone 17, on est capable de respecter les mesures, mais, par contre, lorsque les bateaux de la zone 12 vont être à l’eau, il y aura aussi des équipements qu’on devra installer pour protéger nos employés, comme des vitrines en plexiglas.

Bill Sheehan, vice-président, E. Gagnon et fils

Le quota total de la zone 17 est de 1200 tonnes métriques, alors que, pour la zone 12, il est de 27 200 tonnes métriques.

En ce qui concerne le début de la saison dans la zone 12, le golfe du Saint-Laurent, soit celle qui compte le plus de pêcheurs de crabe des neiges du Canada, une rencontre du comité des glaces, formé de pêcheurs, d’industriels et de Pêches et Océans Canada, aura lieu le 3 avril.

Un crabe des neiges fraîchement pêché.

Les prises sont nombreuses depuis le début de la saison de la pêche au crabe des neiges dans la Péninsule acadienne, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

En ce début de saison, le prix est élevé pour les pêcheurs, les poissonniers et les transformateurs, mais il faudra voir comment réagiront les acheteurs sur le marché de l’exportation en raison des mesures pour limiter la propagation du coronavirus.

Des crabes des neiges cuits posés sur une planche à découper.

Le crabe des neiges est très populaire dans les assiettes des Bas-Laurentiens, surtout à la fin de semaine de Pâques.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Déjà, en raison de la crise, Bill Sheehan souligne qu’il n’y a plus de commandes provenant des restaurants, des croisières et des casinos, et que les transformateurs qui exportent devront se rabattre presque uniquement sur les épiceries.

D'après les informations de Bruno Lelièvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches