•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un choc brutal attend le Canada, prévient le directeur parlementaire du budget

Un piéton marche seul devant la gare Union à Toronto.

Un piéton marche seul devant la gare Union à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Ottawa se dirige vers un déficit de plus de 112 milliards de dollars en 2020. Le directeur parlementaire du budget en arrive à ce constat dans une analyse sur les perspectives économiques et financières qui attendent le Canada face à la pandémie. Il suggère également que la croissance du PIB au Canada pourrait plonger en territoire négatif et ainsi atteindre - 5,1 %.

Il s’agira de la croissance la plus faible jamais enregistrée depuis 1962, précise le rapport du directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux.

L'analyse publiée ce matin s’attend à ce que le PIB réel diminue de 25 % au deuxième trimestre. La croissance annuelle du PIB subirait ainsi une chute de 6,5 points de pourcentage par rapport aux projections du DBP de novembre 2019.

Yves Giroux insiste pour préciser que ce scénario ne constitue pas une prévision et ne montre qu’une des issues possibles.

Le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux tient des documents

Le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le DPB part du principe que les mesures de distanciation sociale et de confinement resteront en vigueur jusqu’en août et que l’OPEP ne limitera pas la production de pétrole. L’analyse se limite à un horizon à court terme.

Pour l’instant, c’est un scénario plausible avec les données que nous avons, ça nous semble un scénario qui n’est pas déraisonnable, a déclaré en entrevue Yves Giroux, après la publication de l'analyse.

La contraction économique prévue est telle que le document estime que le taux de chômage devrait augmenter à 15 % au troisième trimestre.

C’est temporaire. Une fois que la pandémie va être derrière nous, on ne prévoit pas que ce sera un rebond faramineux, mais l'activité économique va reprendre progressivement au fur et à mesure que les mesures de confinement seront relâchées.

Yves Giroux, directeur parlementaire du budget
Un piéton marche devant un restaurant de la chaîne McDonald's fermé en raison de la pandémie.

Selon le DPB, le taux de chômage atteindra 15 % au troisième trimestre de 2020.

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

Déficit de plus de 112 milliards

Selon le scénario économique présenté, l’analyse prévoit que le déficit budgétaire atteindra 26,7 milliards de dollars pour 2019-2020. Mais l’an prochain, il passera à 112,7 milliards de dollars, ce qui équivaudrait à 5,2 % du PIB.

La dernière fois qu’il a atteint près de 5,2 % du PIB, c’était en 1993-1994. En 2019-2020, le déficit sera supérieur de 5,5 milliards de dollars à la projection présentée en novembre 2019, et en 2020‑2021, il sera supérieur de 89,5 milliards de dollars, souligne le rapport du DPB.

Face à ces perspectives, le premier ministre Trudeau et son gouvernement ont rapidement martelé, en conférence de presse, que le Canada est dans une position enviable pour traverser ce long blizzard.

Nous savons que ce sont des moments exceptionnels, mais nous savons également que les fondamentaux du Canada sont forts. Nous avons l'un des meilleurs bilans du G7, ce qui nous permet de faire les investissements dont nous avons besoin pour garder les Canadiens concentrés sur ce qu'ils doivent faire maintenant [...] avec la confiance que notre économie rebondira fortement.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Il faut savoir que ce scénario financier ne tient compte que des mesures fédérales de soutien direct de 28,5 milliards de dollars annoncées jusqu'au 18 mars. Les annonces additionnelles de cette semaine ne sont pas comprises dans cette analyse.

Le directeur parlementaire du budget considère que même après les mesures du plan de sauvetage fédéral, d'autres pourraient fort bien s'avérer nécessaires pour permettre un redémarrage de l’économie.

Étant donné que les taux offerts sur le marché du crédit sont historiquement bas et compte tenu de l’expérience du passé, tout laisse croire que le gouvernement pourrait contracter d’autres emprunts importants s’il le fallait.

Provinces aux finances précaires

Bien que l’analyse n’aborde pas les répercussions sur les finances des provinces, Yves Giroux considère que le choc place certains gouvernements dans une position encore plus vulnérable. Il fait allusion notamment à ceux des provinces de l’Atlantique.

Certaines provinces étaient déjà dans une situation défavorable, on pense à Terre-Neuve qui risque d’avoir beaucoup de difficultés à passer à travers sans voir un taux d’endettement augmenter de manière significative.

Signe de l’inquiétude d’Ottawa face à la viabilité financière et à la capacité d'emprunt de certaines provinces et territoires, la Banque du Canada s’assure depuis mercredi de pouvoir soutenir la liquidité et l’efficience des marchés de financement des gouvernements provinciaux.

Le marché obligataire provincial est encore plus stressé, cela est parfaitement compréhensible lorsque la liquidité est insuffisante.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Caoui ouinada
Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, et le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau

À droite, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, et à gauche, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

La banque centrale mobilise depuis 72 heures des sommes importantes pour soutenir les marchés de financement provinciaux.

Elle achète jusqu’à 40 % de chaque émission de titres directement émis par les provinces sur les marchés monétaires.

Le gouverneur Stephen Poloz a souligné l’importance de cette autre mesure d’urgence pour absorber les tensions. Cela devrait donc alléger ces contraintes financières pour les provinces et au moins leur donner une prévisibilité pour leurs flux de trésorerie à court terme, a-t-il dit.

Consultez notre dossier en ligne sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

Suivez l'évolution de la situation en regardant le signal débrouillé de la chaîne d'information RDI

Suivez le nombre de cas en temps réel au Canada et dans le monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Finances publiques

Économie