•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la crise provoque des mises à pied dans les médias

Québecor Média

Des mesures d'aide financière et d'accompagnement seront offertes aux employés touchés.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

Le géant Québecor a annoncé vendredi la mise à pied de 10 % de ses employés.

La compagnie a indiqué prendre cette mesure avec regret puisque le gouvernement du Québec a décrété la fermeture des commerces et des entreprises jugées non essentielles.

Québecor a assuré que des mesures d'aide financière et d'accompagnement seront offertes aux employés touchés.

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a expliqué dans un communiqué que l'arrêt des activités commerciales jugées non essentielles a inévitablement entraîné un ralentissement de l'économie pour plusieurs partenaires d'affaires de notre entreprise, et par conséquent, a causé une diminution importante des activités dans certains de nos secteurs.

Québecor bonifiera les prestations d'aide gouvernementale pour assurer 95 % du salaire des employés dont le salaire annuel est inférieur à 54 200 $. Ceux-ci pourront aussi obtenir une avance salariale de deux semaines pour pallier les délais des programmes d'aide gouvernementale.

Pour les employés bénéficiant d'un salaire de plus de 54 200 $, la bonification assurera 80 % du salaire, en tenant compte d'un plafond salarial fixé à 80 000 $.

Les assurances collectives et les régimes d'épargne-retraite collectifs seront maintenus, de même que la participation de l'employeur s'il y a cotisation de l'employé.

Ces mesures s'appliquent aux employés permanents et temporaires. Elles seront en vigueur du 30 mars au 31 mai.

Québecor, qui possède notamment Vidéotron, Groupe TVA, les studios MELS et plusieurs médias, dont le Journal de Montréal, n'a pas précisé comment ces mises à pied seraient réparties au sein du groupe.

40 % de ses employés de Métro Média mis à pied

Métro Média, propriétaire du journal gratuit Métro à Montréal et d'une vingtaine d'autres journaux locaux, annonce la mise à pied temporaire de 40 % de ses employés.

L'entreprise parle de mesures importantes afin de protéger l'avenir de ses journaux.

Tous les départements de l'entreprise sont touchés par ces mesures, incluant la salle de rédaction, a indiqué Métro Média, vendredi, par communiqué.

La presse écrite était déjà fragile avant la crise actuelle (de la) COVID-19. Cette dernière oblige les annonceurs de Métro Média à fermer leurs portes ou à suspendre leurs activités. Métro Média subit les contrecoups de la situation, fait-on valoir.

Andrew Mulé, directeur général de Métro Média, a précisé par courriel que les mesures touchent un peu plus de 40 personnes, soit des mises à pied temporaires pour 23 travailleurs et des réductions du temps de travail pour les autres.

Ce sont 17 employés dans la salle de rédaction -- en charge du journal Métro, mais aussi des autres journaux du groupe, comme le Courrier Ahuntsic Cartierville ou le Charlesbourg Express -- qui sont visés par ces mesures.

Métro Média affirme qu'elle poursuivra tout de même sa mission d'informer gratuitement, bien qu'amputée de la majeure partie de ses ressources.

Le journal Métro continuera d'être publié cinq jours par semaine. Malgré une diminution du tirage en raison de la chute de l'achalandage dans les stations de métro, il demeure accessible, souligne Métro Média.

Le journal Métro révise régulièrement sa distribution afin d'être disponible où les lecteurs se trouvent, principalement dans les commerces d'alimentation.

Les 25 journaux locaux de Montréal et de Québec continueront d'être publiés.

Jeudi, Cogeco Média annonçait la mise à pied de 130 personnes à travers ses stations de radio en raison de la chute des revenus publicitaires liée à la pandémie de coronavirus.

Il s'agit de 25 % de la main-d'oeuvre de l'entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie