•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

COVID-19 : pourquoi les internautes font-ils confiance à des inconnus sur YouTube?

Certaines vidéos ont été vues par des millions de personnes.

C'est un virus avec un logo de style YouTube.

Les vidéos à saveur conspirationniste pullulent sur YouTube.

Photo : iStock / Radio-Canada

Avec la pandémie de COVID-19 est venue une explosion de popularité de certains youtubeurs, souvent anonymes, offrant des discours à saveur conspirationniste à des auditoires de plus en plus importants. Pourquoi tant de gens croient-ils sur parole de parfaits inconnus?

L'homme dans la cinquantaine, assis sur son divan, répond aux questions de l'auditoire.

« Ce coronavirus, qu'est-ce que c'est? »

« Peut-on attraper la COVID-19 deux fois? »

D'un ton calme, mais sérieux, il explique comment le virus fonctionne, jusqu'à décrire la structure de ses protéines. Il offre des conseils à ceux qui veulent sortir à l'extérieur. Il explique la théorie du confinement et étale ses propositions de politiques publiques pour tenter de barrer la route à la pandémie.

Cet homme, il est virologiste? Épidémiologiste? Chercheur?

Non, c'est un ancien importateur d'ananas qui affirme avoir étudié les sciences de façon « autodidacte ».

Un homme assis sur son divan qui parle devant la caméra.

La vidéo contient des propos « alarmistes », selon une immunologue.

Photo : Capture d’écran - YouTube

Dans le cas de cette vidéo, qu'une trentaine de personnes nous ont envoyée pour que nous la vérifiions, et qui a cumulé plus de 2 millions de vues et près de 90 000 partages sur Facebook en un mois, ce n'est pas si grave.

Même si certaines informations qu'il donne sont alarmistes, la plupart des explications qu'il offre sont à peu près exactes. Les conseils qu'il prodigue sont bons : se laver les mains, limiter les sorties en public. Tout cela colle avec ce que prescrivent les autorités de santé publique.

Dans d'autres cas, par contre, des vidéos du style « un homme dans son salon » ont colporté de dangereux mensonges.

Un homme parle devant une caméra.

Un exemple de fausse nouvelle à propos de la création du coronavirus en laboratoire

Photo : Capture d’écran - Facebook/Google Patents

Comme les Décrypteurs l'ont démontré, cette vidéo d'un homme qui affirme qu'un brevet datant de 2004 prouve que le coronavirus a été créé en laboratoire ne tient pas du tout la route. D'autres vidéos du genre que nous ont envoyées des lecteurs affirment que la COVID-19 n'est pas plus dangereuse que le rhume saisonnier, que la maladie est en fait causée par la 5G, ou encore que le virus est une arme biologique.

Nous avons même vu un homme en Espagne se faire passer pour un médecin et faire de fausses affirmations (Nouvelle fenêtre) sur ce qui se passe dans les hôpitaux là-bas. C'est une vidéo qui circule encore beaucoup aujourd'hui.

C'est sans compter la kyrielle de vidéos envoyées aux Décrypteurs depuis le début de la pandémie, certaines ayant cumulé des centaines de milliers, voire des millions de vues. Elles suivent toutes le même modèle : un homme, assis devant la caméra, vous explique pourquoi tous les scientifiques, les gouvernements et les journalistes vous mentent.

Vous avez vu une publication circuler et vous voulez que les Décrypteurs la vérifient?

Envoyez-nous un courriel (Nouvelle fenêtre). Vous pouvez aussi vous joindre au groupe Facebook des Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), ou nous suivre sur Twitter (Nouvelle fenêtre).

Qui sont les hommes que l'on voit à la caméra? Souvent, on ne le sait pas. On ne connaît pas leur nom ni leur parcours professionnel. Ils n'expliquent peu ou pas comment ils ont obtenu leurs informations.

Pourtant, de nombreux internautes leur font aveuglément confiance. Dans plusieurs cas, ces chaînes YouTube n'avaient pas un large auditoire, qui atteignait à peine quelques milliers de personnes avant le début de la pandémie. Depuis, ces chaînes ont explosé.

Assouvir des besoins psychologiques

Mais pourquoi? Pourquoi tant d'internautes sont-ils enclins à croire sur parole de parfaits inconnus?

Dans des périodes de stress ou d’anxiété, ça va amener des gens à croire un peu plus à des choses qui sont dans l’absolu et à être moins critiques envers l’information reçue, explique Catherine Amiot, professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal.

Déjà, les gens sont dans une situation qui est très, très anxiogène, très stressante, très incertaine. On perd nos balises. Les gens recherchent un message clair, rassurant, qui va leur permettre de faire sens, ajoute-t-elle.

Les théories du complot permettent de faire sens avec des événements qui menacent notre vision du monde et de gérer cette menace en rendant le risque plus concret. C’est ce qu’on voit dans le contexte actuel où tout notre monde est chamboulé.

Catherine Amiot, professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal

En se basant sur le travail de Karen Douglas, psychologue et spécialiste des théories du complot à l'Université du Kent, en Angleterre, Mme Amiot explique que les théories complotistes cherchent souvent à assouvir des besoins, tels un besoin de sécurité ou de contrôle, un besoin de comprendre le monde et un besoin d'évaluer le monde de façon positive.

Or, la pandémie crée justement ces besoins chez une bonne partie de la population. Confinés, nous avons tous une perte de contrôle; l'information, souvent contradictoire, file à toute allure; et la situation actuelle crée de l'anxiété quant à l'avenir.

Cela peut expliquer pourquoi certains se tournent vers ces vidéos YouTube, qui offrent souvent des réponses faciles et claires, même si elles sont fausses, selon Mme Amiot.

Même s'ils sont à saveur complotiste, par exemple en affirmant que la pandémie est une fausse crise, ces messages peuvent étrangement être rassurants. Qui ne veut pas que la pandémie arrête? Tout le monde veut que ça arrête! Si, demain, je lisais un article de journal qui disait qu’on a trouvé un vaccin, je le lirais et je voudrais y croire! , lance la psychologue.

Des vidéos qui appellent à défier le confinement peuvent aussi donner aux gens un sentiment de reprendre le contrôle sur leurs vies chamboulées, ajoute-t-elle.

Une drogue et un sentiment d'appartenance

Comme le faisait remarquer Karen Douglas dans le Devoir lundi, ces discours conspirationnistes agissent comme une drogue (Nouvelle fenêtre). Ils assouvissent temporairement certains besoins, mais en revanche ils créent encore plus d'anxiété et de perte de contrôle, ce qui peut pousser certains à vouloir consulter encore plus de matériel semblable.

D'ailleurs, selon les résultats préliminaires d'un sondage publié par l'Université de Sherbrooke mercredi, l'adhésion aux théories conspirationnistes est souvent associée à l'anxiété et aux facteurs de stress, mais aussi à une méfiance envers les autorités.

Selon Marie-Ève Carignan, professeure au Département de communication de l’Université de Sherbrooke, cela peut pousser certains à faire plus confiance à un monsieur ou une madame Tout-le-Monde sur YouTube qu'aux scientifiques.

Quand on regarde qui adhère aux théories conspirationnistes, ce sont souvent des gens qui sont méfiants envers les autorités officielles. Ces gens-là vont davantage croire quelqu’un qui semble un citoyen ordinaire, qui comprend ce qu’on vit, qui ne nous cache rien, juge-t-elle.

Ils vont davantage croire un monsieur inconnu dans son salon en train de parler de sa vision des choses qu’un professeur d’université qui appartient à une élite et qui ne comprend pas.

Catherine Amiot abonde dans ce sens. Un message va tout prendre son importance et son ampleur si on peut s’identifier à la personne qui va le communiquer. Quand c’est quelqu’un de plus proche, ça peut être plus crédible pour certaines personnes, explique-t-elle.

Mme Amiot souligne par contre la nature exceptionnelle des circonstances, et que ces comportements vont probablement disparaître quand on va revenir à un autre climat social.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société