•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 150 M$ en aide d’urgence aux agriculteurs et au secteur de la santé

Une moissonneuse-batteuse dans un champ transfère du grain vers un camion.

Selon le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture, il faudra pourvoir 29 % des emplois dans le domaine agricole en Alberta en 2025.

Photo : Reuters / MIKE STURK

Radio-Canada

Le gouvernement albertain puise 153 millions de dollars dans son fonds d’urgence pour venir en aide aux agriculteurs de la province, durement touchés cette année, et faire face à l’augmentation des dépenses de santé entraînée par la pandémie de COVID-19.

Sur un total de 680 millions de dollars que comprend le fonds d’urgence, 33 millions seront destinés à assurer la rémunération des médecins et couvrir la prise en charge de cas graves de COVID-19.

Une somme de 45 millions de dollars sera également versée au paiement des travailleurs en quarantaine et qui ne peuvent pas travailler.

Près de 75 millions de dollars seront versés à la Société des assurances agricoles de l'Alberta pour aider à payer les demandes d’indemnités et soutenir le revenu des producteurs. Cela représente une augmentation de presque 25 % par rapport à la somme allouée dans le budget provincial 2019.

Une récolte cauchemardesque

Alors que le sud de l’Alberta a souffert de sécheresse, le centre et le nord de la province, eux, ont subi un déluge de pluie.

Une vague de froid au début de l’automne, suivie par les blocages contre le projet de gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique, a sérieusement compromis les chances des producteurs de récolter et transporter leurs grains.

Ces derniers ont besoin de toute l’aide possible après une récolte cauchemardesque, affirme le directeur général de l’Alberta Wheat Commission, Tom Steve.

Selon le ministre de l'Agriculture et des Forêts de l’Alberta, Devin Dreeshen, les pertes de récoltes de l’année 2019 pourraient s'élever à 700 millions de dollars.

Maintenant que la demande de pétrole a diminué, le transport ferroviaire des grains est plus facile, et leurs prix se sont stabilisés, explique Tom Steve. Toutefois, les prochaines semaines vont être cruciales.

Alors que la neige fondra, les producteurs vont devoir essayer de sauver ce qu’ils peuvent et déterminer s’ils sont admissibles à des indemnités d’assurance.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

La pandémie pourrait aggraver la situation des agriculteurs

Alors que les producteurs se préparent à ensemencer en avril et en mai, ils doivent pouvoir compter sur la livraison d’engrais, de graines et de produits phytosanitaires.

Ils s’inquiètent aussi de la fermeture possible des élévateurs à grain, puisque les autorités provinciales demandent aux Albertains de garder leurs distances et pourraient décider de fermer davantage de lieux.

Tom Steve espère donc que les gouvernements fédéral et provincial déclareront que ces services sont essentiels.

Devin Dreeshen a dit, jeudi, qu’il demandait à Ottawa de déclarer tous les aspects de la chaîne alimentaire comme essentiels. Cela devrait inclure les producteurs, les fournisseurs, les manutentionnaires et les distributeurs.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Coronavirus