•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Ottawa ferme les bureaux de Service Canada

Des gens font la file dans un bureau de Service Canada.

Des gens faisaient la file dans un bureau de Service Canada, le 19 mars 2020.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé en fin de soirée, jeudi, la fermeture des centres de Service Canada en raison des préoccupations liées à la COVID-19.

Certains bureaux avaient déjà commencé à fermer leurs portes un peu partout au pays alors que le nombre de cas de COVID-19 augmentait et que des employés étaient demandés ailleurs au gouvernement ou se sentaient mal à l'aise de se présenter au travail en raison de la pandémie.

Alors que nous demandons à la majorité des Canadiens de rester chez eux, nous devons nous assurer que notre prestation de services respecte les recommandations des agences de santé publique et répond en même temps aux besoins des Canadiens, a déclaré le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Ahmed Hussen.

Soyons clairs : les Canadiens auront toujours accès à leurs prestations. Les demander en ligne demeure la meilleure façon de faire, a ajouté le ministre, précisant que les agents concentreront leurs efforts à répondre aux appels téléphoniques des citoyens.

Reste que les employés de Service Canada sont plongés dans une véritable tempête à la suite de la crise sanitaire du coronavirus. La semaine dernière, le gouvernement fédéral a reçu 929 000 demandes d’assurance-emploi, un volume énormément plus élevé que la normale à cette période de l’année, qui est d’environ 30 000 demandes.

Toujours la semaine dernière, Service Canada recevait entre 140 000 et 150 000 appels par jour. Ils ne concernaient pas tous de nouvelles demandes d'assurance-emploi, mais cela illustre à quel point le coronavirus bouleverse l'économie canadienne.

Le ministre responsable de Service Canada a affirmé que les fonctionnaires prendront d'autres dispositions pour ceux qui ont besoin de services en personne.

Évidemment, il y aura des mesures additionnelles prises pour ceux qui n’ont pas la capacité d’accéder aux services dont ils ont besoin en ligne ou par téléphone.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada, en conférence de presse

Du côté de l'Alliance de la fonction publique du Canada, on estime qu'il s'agit d'une mesure nécessaire pour protéger la population et les employés, et qu'elle ne restreindra pas l’accès aux services offerts durant cette période critique.

Les personnes qui ne peuvent pas remplir de demande en ligne pourront le faire par téléphone. Et si elles ont besoin de rencontrer quelqu’un, on préparera leur dossier et on leur donnera un rendez-vous dans un lieu sécuritaire, affirme Chris Aylward, président national de l'Alliance de la fonction publique du Canada.

Comme la majorité des demandes d’assurance-emploi et de prestations d’urgence se font en ligne, la plupart des gens ne verront pas la différence, soutient le président du syndicat.

Une décision « irresponsable »

L'annonce de la fermeture des bureaux de Service Canada a fait bondir Pierre Céré, le porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses.

Pierre Céré soutient que c'est irresponsable de la part des gens à Ottawa d'avoir décrété cette fermeture des bureaux de chômage alors que Service Canada est un service essentiel.

C'est une aberration! Depuis deux semaines, les lignes téléphoniques de l'assurance-emploi ne fonctionnent pas, les gens n'arrivent pas à rejoindre les services de Service Canada, les lignes sautent.

Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses

Des millions de personnes se retrouvent en arrêt de travail. Ces gens sont extrêmement préoccupés, ils ont besoin de savoir comment le système fonctionne, ils ont besoin d'être aidés pour remplir leur demande de prestation en ligne, demande qui ne peut pas être faite par téléphone, souligne M. Céré.

On enlève un service essentiel à certaines personnes plus isolées, qui n'ont pas d'ordinateur à la maison ou qui ne sont pas à l'aise avec cette technologie.

Toutes les conditions sanitaires peuvent être réunies dans un bureau de chômage pour s'assurer que tout le monde est protégé dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons, indique M. Céré. Ces fermetures vont rajouter à l'anxiété d'un nombre considérable de personnes qui se sont brusquement retrouvées au chômage, déplore-t-il.

Pour Pierre Céré, Service Canada est un service essentiel. Il fait le parallèle avec les épiceries et les pharmacies qui demeurent ouvertes parce qu'elles sont jugées essentielles, et ajoute même qu'avec la crise actuelle, le gouvernement devrait offrir son service téléphonique tous les jours de la semaine et allonger les heures d'ouverture, comme le fait déjà le programme d'aide temporaire au Québec, sept jours par semaine, de 8 h à 20 h.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique