•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPS reçoit plus de 20 appels en quelques heures pour dénoncer des rassemblements

Le Service de police de Sherbrooke.

Pour le moment, aucune amende n’a été émise, explique le SPS.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) dit avoir reçu 22 appels en quelques heures, jeudi, de citoyens qui dénonçaient des rassemblements dans des parcs et dans une résidence privée, alors que le décret visantl’interdiction des rassemblements intérieurs et extérieurs au Québec a été rendu public samedi soir

Pour le moment, aucune amende n’a été émise, explique le SPS qui a réalisé ces interventions entre 15 h et 21 h. Le Service de police de Sherbrooke a plutôt donné des avertissements verbaux aux contrevenants.

Les policiers sont notamment intervenus dans une résidence privée dans laquelle des étudiants étaient en train de fêter, dans un parc où six personnes s’étaient réunies, ainsi que dans trois commerces qui étaient ouverts alors qu’ils n’en avaient pas le droit.

Des amendes de 1000 $ à 6000 $

Dans le cadre de la Loi sur la santé publique, les forces de l’ordre québécoises ont l’autorisation d’imposer des amendes allant de 1000 $ à 6000 $, notamment si un citoyen récalcitrant refuse d’obéir à un ordre provenant du ministre ou du directeur national de santé publique.

Dans les cas de ce soir, nous avons eu la coopération de toutes les personnes, assure le SPS.

Sensibilisation auprès de la population

Le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier, rappelait, mercredi, l'importance de ne pas composer le 911 pour dénoncer ce genre de situation mais invitait plutôt la population à faire le numéro général du SPS, le 819 821-5555.

Pour le moment, le Service de police de Sherbrooke ne veut pas faire de répression et s'attarde davantage à de la sensibilisation auprès de la population, afin de s'assurer que tout le monde comprenne l'importance des mesures en place pour éviter la propagation du coronavirus.

Un résident de Hull, dans la banlieue de Gatineau, s’est vu remettre, dans la nuit du 24 au 25 mars, deux constats d’infraction totalisant 1200 $. Celui-ci avait tenu un rassemblement dans son logement.

À Montréal, les agents du Service de police de Montréal multiplient eux aussi les interventions. Mais comme à Sherbrooke, aucune amende n’a encore été donnée dans la métropole.

Ligne d'information spécifique pour l'Estrie : 1 844 721-6094

Ligne d'information COVID-19 du gouvernement du Québec : 1 877 644-4545

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Crimes et délits