•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'afflux de lingettes désinfectantes bouche des égouts

Des mains tiennent une lingette devant une cuvette de toilette.

Des lingettes s'accumulent dans les réseaux d'égout.

Photo : Associated Press / Julio Cortez

Plus populaires que jamais en cette période de crise sanitaire, les lingettes désinfectantes jetables créent des problèmes dans les réseaux d’égout de certaines municipalités. Les lingettes bloquent des canalisations et entraînent des refoulements d’égout.

Depuis le début de la crise, l’utilisation de lingettes désinfectantes a littéralement explosé. Les gens les utilisent pour nettoyer les surfaces et lutter contre la propagation des microbes et du coronavirus. Le problème, c’est que beaucoup de citoyens jettent ces lingettes dans les toilettes plutôt qu’à la poubelle. Résultat : les canalisations se bouchent et des villes se retrouvent avec des problèmes dans leurs réseaux d’égout.

À Sainte-Julie, en Montérégie, la situation préoccupe le directeur des travaux publics, Louis Beauchemin. Il affirme que depuis le début de la crise le nombre de lingettes ne cesse d’augmenter dans le réseau d’égout de la ville. C’est clairement du jamais-vu, souligne-t-il. On note vraiment une augmentation dans nos systèmes.

Des cols bleus doivent surveiller quotidiennement la station d’épuration de la Ville pour s’assurer que les lingettes ne causent pas de bris aux équipements.

Des lingettes dans un conteneur.

De grandes quantités de lingettes doivent être retirées à la station de traitement des eaux usées à Sainte-Julie.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Robillard

La mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, rappelle aux gens de ne pas jeter les lingettes dans les toilettes. C’est important que les citoyens ne prennent pas cette habitude-là parce que ça va créer des problèmes jusqu’à des refoulements d’égout, indique-t-elle.

À Sherbrooke, en Estrie, trois résidences d’une même rue ont subi un refoulement d’égout cette semaine après qu’une importante quantité de lingettes eut bloqué une canalisation. Selon la Ville, les lingettes causent aussi plusieurs bris aux équipements de pompage. Dans un communiqué de la Ville, on peut lire que les lingettes jetables ne doivent jamais être jetées dans les toilettes, et ce, même si certaines portent des mentions biodégradables ou sécuritaires pour les toilettes.

La Ville de Repentigny, dans Lanaudière, est aux prises avec le même problème. L’augmentation du nombre de lingettes jetées dans les toilettes depuis le début de la crise a entraîné une hausse importante de blocages des réseaux d’égout.

Des échos similaires proviennent des villes de Mascouche, Sainte-Anne-des-Monts, Carignan et Saint-Basile.

Dans son message Facebook du jour, le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, a même lancé un appel jeudi à ses citoyens pour leur demander d'éviter de jeter des lingettes humides dans les toilettes.

Appel à l'Office de protection du consommateur

À Saint-Jean-sur-Richelieu la situation est telle que la Ville a déposé une plainte à l'Office de protecteur du consommateur (OPC). Certains manufacturiers prétendent en effet que leurs lingettes peuvent être jetées aux toilettes.

Le chef de la division assainissement, Sébastien Marquis, a signalé cette démarche à l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Nous avons fait une plainte à l'OPC et je vous sollicite à l'effet que l'ensemble des municipalités pourraient déposer une plainte afin que la situation change, écrit-il.

À l’UMQ, un porte-parole précise qu’il n’est pas prévu faire de représentations ou de lancer de mot d’ordre à nos membres à cet effet pour le moment.

Une étude réalisée en 2019 au Flushability Lab de l’Université Ryerson en Ontario concluait que les lingettes à usage unique, y compris les lingettes nettoyantes et les couches, ne peuvent pas être jetées dans les toilettes en toute sécurité, même celles étiquetées comme jetables dans les toilettes. Son auteur estimait nécessaire de réglementer l'utilisation de l’expression jetable dans les toilettes.

Par ailleurs, un regroupement canadien de gestionnaires et de techniciens de réseaux d’égout, le Municipal Enforcement Sewer Use Group, a déjà estimé à 250 millions de dollars le coût annuel de l'élimination des lingettes et autres matériaux non jetables dans les toilettes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Infrastructures

Société