•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cas de COVID-19 à la prison Talbot de Sherbrooke

L'affiche de l'établissement de détention de la prison Talbot, à Sherbrooke.

Un détenu du centre de détention de Sherbrooke est porteur de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un détenu du centre de détention de Sherbrooke est porteur de la COVID-19, a confirmé le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec.

Il s'agit d'un détenu qui était en libération conditionnelle. Il a été arrêté en début de semaine par des policiers.

Le détenu a été conduit dans une clinique pour passer un test de dépistage. En attendant les résultats, il a été placé en isolement au centre de détention et n’a eu aucun contact avec les autres détenus, assure le président du syndicat, Mathieu Lavoie.

L’homme a finalement reçu un résultat positif jeudi après-midi. La personne est toujours en isolement pour prévenir la propagation et des procédures de travail sont mises en place pour cette personne-là, poursuit M. Lavoie.

Les nouvelles personnes qui arriveront avec les policiers seront mises en quarantaine pendant 14 jours, 24 heures sur 24 dans leur cellule pour éviter la propagation du virus, conclut-il.

Contacté par Radio-Canada Estrie, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS dit qu’il ne commente pas les cas individuels.

Le ministère de la Sécurité publique se veut rassurant

Du côté du ministère de la Sécurité publique (MSP), on ne veut donner aucune autre information au sujet du prisonnier infecté par la COVID-19 pour des raisons de confidentialité des renseignements personnels.

Le MSP tient à rassurer l’ensemble des personnes incarcérées, les membres du personnel et leurs proches, assure-t-on dans un courriel transmis à Radio-Canada Estrie.

La personne incarcérée concernée a été en isolement dès son admission et elle continuera de l’être. Les services de santé publique évalueront si des soins hospitaliers sont nécessaires, explique-t-on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Coronavirus