•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de travailleurs craignent pour leur sécurité au Nouveau-Brunswick

Affiche de Travail sécuritaire NB

Travail sécuritaire NB a reçu 160 appels d'employés et d'employeurs inquiets depuis le 16 mars.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs employés du Nouveau-Brunswick qui se rendent encore au travail tous les jours s'inquiètent pour leur sécurité. Travail sécuritaire NB rapporte avoir reçu 160 appels d'employés et d'employeurs inquiets depuis le 16 mars.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

L'agent principal de contrôle chez Travail sécuritaire NB, Richard Blais, dit que les appels sont directement en lien avec la crise de la COVID-19.

Il y en a beaucoup [de questions] qui sont sur quels sont mes droits, est-ce que je peux refuser le travail durant cette période, illustre Richard Blais.

Certaines entreprises « traînent de la patte »

Selon le président de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Nouveau-Brunswick, Daniel Légère, plusieurs entreprises tardent à s'adapter aux nouvelles règles du gouvernement visant à endiguer la pandémie. Le gouvernement provincial a notamment demandé aux employeurs de circonscrire leurs activités pour se limiter à l'essentiel et d'adapter les lieux de travail pour permettre une distance de deux mètres entre chaque employé.

On entend parler qu'il y a des lieux de travail qui ne se conforment pas encore avec les règlements qui ont été en place. Les employés, les travailleurs et travailleuses ont peur, déplore-t-il.

La plupart des situations « réglées »

Travail sécuritaire assure que la majorité des situations sont réglées par des discussions avec les employeurs, qui acceptent de prendre des mesures pour protéger leurs employés.

Ceux qui restent, c'est les travailleurs et travailleuses essentiels, qui se mettent en péril en allant à l'ouvrage, ils s’exposent à un risque assez élevé, ça fait que les priorités de Santé sécurité ça devrait être de protéger ces employés-là, dit le président de la Fédération des travailleuses et travailleurs de la province.

La majorité des appels à Travail sécuritaire proviennent d'employés qui travaillent chez Alcool NB, dans des hôpitaux, des foyers de soins, des usines de poisson et sur des chantiers de construction.

Selon le gouvernement, un faible nombre d'entreprises ne se conforme pas aux règles émises en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence.

Si les employeurs ne suivent pas ça, je veux être bien clair, ce n'est pas juste irresponsable : c'est criminel, parce que les conséquences peuvent être graves, indique Daniel Légère.

Moins d'employés dans les centres d'appels

Parmi les entreprises encore ouvertes, il y a les centres d'appels, où habituellement les employés travaillent très près les uns des autres.

Mais comme l'explique Jason Purdy, directeur général chez Contact NB, les locaux sont pratiquement vides, ce qui facilite l'ajustement de l'espace pour respecter la distanciation sociale.

Quand 80 % de vos employés sont à la maison, c'est vous dire qu'il y a beaucoup plus d'espace pour s'éloigner, expose M. Purdy.

Plusieurs centres d'appel ont effectivement demandé à leurs employés de travailler à partir de leur domicile.

D'après un reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Prévention et sécurité