•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrats écourtés et employés mis à pied à la Sépaq

Des escaladeurs sur une paroi rocheuse. Le paysage est montagneux et luxuriant.

La saison est retardée à la Sépaq en raison de la pandémie de COVID-19

Photo : Sépaq

David Rémillard

Des centaines d'employés saisonniers et occasionnels de la Société des établissements de plein air du Québec ne seront pas rappelés au travail comme prévu pour amorcer la saison estivale, alors que des contractuels verront leurs ententes écourtées.

Les employés touchés, nouvelles victimes collatérales de la pandémie de COVID-19, ont reçu un appel de leur employeur au cours de la journée. La décision survient une semaine après la fermeture de tous les territoires de la Sépaq.

Selon nos informations, seuls les employés saisonniers, occasionnels ou étudiants se voient privés de leur gagne-pain. Aucun employé régulier de la Sépaq ne perd son travail en raison des circonstances actuelles, peut-on lire dans un document interne obtenu par Radio-Canada.

Les travailleurs saisonniers, dispersés aux quatre coins du Québec, auraient normalement été rappelés au cours des prochains jours pour préparer la prochaine saison touristique. Or avec la pandémie, la saison est en suspens.

La Sépaq, à titre de société d'État à vocation commerciale n'est pas en mesure de payer des employés auxquels elle ne peut fournir du travail.

Extrait d'une note interne de la Sépaq remise aux gestionnaires

Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq, confirme que les appels aux employés ont commencé jeudi après-midi. Plus la fermeture du service à la clientèle et des territoires sera longue, plus le nombre de travailleurs mis à pied sera important.

Si ça va jusqu'à la mi-avril, on parle de 450 employés. Si ça se poursuit jusqu'au début mai, ça peut aller jusqu'à 700 personnes, précise M. Boivin.

Les employés affectés seront dirigés vers les différentes ressources d'aide financière annoncées ces derniers jours par les gouvernements fédéral et provincial.

Mesure temporaire

Simon Bovin précise que les besoins seront réévalués le 13 avril prochain en fonction des prochaines consignes gouvernementales. À la demande du premier ministre François Legault, toutes les activités et services non essentiels sont interrompus au Québec jusqu'à cette date.

Depuis, la grande majorité des employés sont en télétravail, dans la mesure du possible.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) comprend la décision dans le contexte et promet d'accompagner ses membres.

Nous souhaitons que cette situation se résorbe rapidement et touche le moins possible d’employés. Nous nous assurerons que leurs droits soient respectés et qu’ils puissent bénéficier de l’aide gouvernementale annoncée, a président du SFPQ.

Les négociations pour le renouvellement de la convention collective des syndiquées sont par ailleurs suspendues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus