•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Davantage de cas de COVID-19 aux États-Unis qu'en Chine

Malgré la progression de la contagion, le président Trump continue de marteler que les Américains doivent retourner au travail plus tôt que tard.

Deux personnes en habit de protection prennent des notes près d'une voiture.

Du personnel médical teste des automobilistes à Indian Wells, en Californie.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Les États-Unis comptent désormais plus de cas de COVID-19 que la Chine, où la pandémie a éclos en décembre dernier. Ce cap symbolique a été franchi en fin de journée jeudi, dans un contexte où le président semble vouloir assouplir les mesures de distanciation sociale dans certains comtés.

En fin de journée jeudi, on recensait 85 594 cas confirmés de la maladie en territoire américain, contre 81 340 en Chine. Les États-Unis comptent donc maintenant plus de cas que tout autre pays dans le monde. Ils sont aussi le pays où la maladie progresse le plus rapidement à l'heure actuelle.

Malgré ces dernières mises à jour, Donald Trump espère pouvoir diffuser de nouvelles directives de santé publique qui permettraient aux gouverneurs et aux autorités locales d'alléger les mesures de distanciation sociale sur leur territoire. Le président en a informé les gouverneurs jeudi matin, lors d'une réunion téléphonique.

Les directives qu'il avait données le 16 mars, qui recommandent notamment d'éviter les rassemblements de plus de 10 personnes, arrivent à échéance lundi et seront donc vraisemblablement révisées.

Les nouvelles recommandations fédérales classeront chaque comté du pays selon un certain niveau de risque, allant de faible à élevé. Selon cette classification, il en reviendra aux autorités locales de choisir les mesures de distanciation sociale appropriées.

En outre, ce système pourrait permettre à certains comtés de rouvrir des commerces, des restaurants, des écoles et de tenir des rassemblements, par exemple.

Nous devons retourner au travail. Les Américains ne veulent pas rester assis à ne rien faire. On pratiquera la distanciation sociale quand même, en ne se serrant pas la main et en se lavant les mains. Mais nous devons travailler.

Donald Trump, président des États-Unis

Depuis le début de la semaine, Donald Trump ne cache pas son impatience à voir la relance économique s'amorcer, martelant que le remède contre la pandémie de COVID-19 ne devrait pas être pire que la maladie elle-même. Mardi, il a même laissé entendre que le pays pourrait reprendre ses activités commerciales pour le congé de Pâques, soit le 12 avril.

Jeudi, lors de son point de presse quotidien à la Maison-Blanche, le président n'a pas confirmé cet échéancier concernant la réouverture du pays. Selon lui, différentes données lui permettront toutefois d'en établir un en début de semaine prochaine.

Sur le terrain, l'État de New York demeure l'épicentre de la pandémie aux États-Unis, avec près de 38 000 cas de COVID-19. Les autres États les plus touchés sont le New Jersey (6876 cas), la Californie (3894 cas) et Washington (3012 cas).

La Louisiane est le neuvième état le plus touché pour le moment, avec 2305 cas, mais la situation inquiète. C'est à La Nouvelle-Orléans que la progression de la maladie est la plus fulgurante. On y recense 997 cas et 46 morts. Mais les autorités craignent que les célébrations du Mardi gras, le 25 février dernier, agissent comme une bombe à retardement.

Par ailleurs, en soirée, le président français Emmanuel Macron a annoncé sur Twitter qu'il préparait, avec d'autres pays ainsi que les États-Unis, une nouvelle initiative importante face à la pandémie de COVID-19. Il a affirmé au passage avoir eu une très bonne discussion avec Donald Trump.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International