•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 : une chercheuse en infections virales respiratoires répond à vos questions

Une chercheuse répond à vos questions sur la COVID-19.

Radio-Canada

Peut-on prendre de l’ibuprofène ou non? Les femmes enceintes sont-elles à risque? Et que dire des jeunes enfants? Comment évaluer la gravité des symptômes de la COVID-19? Les réponses d'une chercheuse à vos questions.

Nathalie Grandvaux, chercheuse et professeure à la faculté de médecine de l’Université de Montréal, répond à des questions de Manitobains sur la COVID-19.

Elle explique notamment qu’une personne qui a attrapé la COVID-19 et qui en a guéri serait peu susceptible de contracter la maladie une deuxième fois.

Les patients, dit-elle, semblent développer une immunité contre le virus, mais ces données peuvent évoluer avec le temps et les connaissances de la médecine sur le coronavirus.

Ibuprofène : à proscrire ou non?

Un contenant renversé de pilules d'ibuprofène.

Pilules d'ibuprofène

Photo : iStock

Les données disponibles ne permettent pas de tirer de conclusion au sujet de l'ibuprofène, dit la chercheuse. Les premières informations suggèrent qu’il faut tester ça, explique-t-elle. Une personne qui prend de l'ibuprofène pour soulager une maladie chronique ne devrait pas arrêter, mais dans d’autres cas, si on veut soulager un simple mal de tête, prendre un autre médicament, comme de l'acétaminophène, serait une bonne idée.

Comment évaluer la gravité des symptômes?

C’est difficile à définir pour chaque personne. Cela dépend de l’âge, de l'état de santé, explique la Dre Grandvaux. Mais tout nouveau symptôme soudain qui perturbe au niveau de la respiration, de la fièvre, est à surveiller.

Les femmes enceintes sont-elles plus à risque?

Photo du ventre rond d'une femme enceinte devant un coucher de soleil.

Une femme enceinte

Photo : Getty Images

Il n’y a pas de données qui permettent d’établir une susceptibilité accrue pour les femmes enceintes, dit la spécialiste. Mais la prudence veut qu’elles respectent les règles pour minimiser la propagation du virus. On veut éviter qu’une femme enceinte ne se retrouve à combattre un virus, quel que soit le virus, d'ailleurs.

Les enfants en bas âge sont-ils à risque?

Les enfants en bas âge n'ont en général pas de symptômes ou pas de symptômes graves, rappelle la Dre Grandvaux, mais ils sont potentiellement des transmetteurs du virus à d’autres personnes.

Que peut-on faire pour rester en bonne santé sur le plan personnel?

S’alimenter de la manière la plus diversifiée et saine, continuer de faire de l'exercice, faire des marches, prendre l’air figurent parmi les réponses à cette question.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique