•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vives réactions à la quarantaine obligatoire imposée par Ottawa aux voyageurs

Un homme installe un véhicule derrière sa roulotte.

Les voyageurs qui reviennent au Canada doivent obligatoirement se placer en isolement pour 14 jours, y compris ceux qui arrivent par la route.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Miguel Lachance
Mathieu Grégoire

La quarantaine obligatoire qu’impose le gouvernement fédéral à tous les voyageurs qui entrent au Canada fait beaucoup réagir. Alors que certains l’applaudissent, d’autres reprochent à Ottawa d’agir trop lentement et considèrent les amendes déraisonnables.

Les contrevenants à la nouvelle mesure s’exposent à une amende de 750 000 $ et encourent une peine de six mois de prison.

Gabrielle Renaud de Nipissing Ouest et son mari sont revenus samedi en voiture de la Floride, où ils passent leurs hivers. Ils ont devancé leur retour, prévu à la mi-avril.

Ils sont restés chez eux depuis, sans sortir, avant même que cela devienne obligatoire. On ne sort même pas de la cour! On est habitué en campagne, on ne sort pas tous les jours.

Portrait de Gabrielle et de Gilles Renaud.

Gabrielle Renaud et son conjoint Gilles peuvent compter sur leur fille pour faire l'épicerie pour eux et laisser la nourriture devant leur porte, évitant tout contact.

Photo : Courtoisie

Mme Renaud croit qu’Ottawa fait la bonne chose en forçant les voyageurs de retour au pays à se placer en quarantaine.

Elle se dit d’accord avec le montant de l’amende à laquelle s’exposent les récalcitrants.

C’est peut-être un peu extrême, mais ça prend quelque chose pour faire comprendre au monde que c’est pas juste leur vie, c’est la vie de tous les gens alentour, en particulier les vieillards, qui peuvent en mourir.

Gabrielle Renaud, résidente de Nipissing Ouest

Je ne voudrais pas être responsable de la mort de quelqu’un, ajoute-t-elle.

Une capture d'écran montrant des commentaires Facebook

Des centaines d’autres Canadiens appuient sur les médias sociaux la décision du fédéral. Certains doutent néanmoins qu’Ottawa réussisse à épingler les contrevenants.

Photo : Facebook

L’ancien député fédéral néo-démocrate Claude Gravelle croit de son côté que la mesure a été mise en place trop tard. Je pense qu’ils ont attendu un peu trop longtemps pour imposer la quarantaine.

Claude Gravelle

Claude Gravelle, ancien député fédéral de la circonscription de Nickel Belt, est lui-même en isolement depuis son retour des États-Unis plus tôt cette semaine.

Photo : Radio-Canada

Il affirme aussi que l’isolement devrait aussi être obligatoire pour ceux qui ont été déclarés positifs pour la COVID-19, même s’ils n’ont pas voyagé.

M. Gravelle, qui revient d’un séjour en Arizona, croit néanmoins que le montant de l’amende est irréaliste.

C’est juste les millionnaires qui ont cette sorte d’argent là dans leur compte de banque. Je pense que tu peux faire peur aux Canadiens ordinaires juste avec un peu moins que 750 000 $.

Claude Gravelle, ancien député fédéral

La version initiale de la loi prévoyait une amende maximale d’un million de dollars et un maximum de trois ans de prison, mais Santé Canada s’est par la suite ravisé.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Santé Canada répond pour le moment que des vérifications en personne, mais surtout par téléphone, seront menées par des agents de quarantaine pour s’assurer que les directives sont respectées.

Des agents des services douaniers ou d’autres fonctionnaires se joindront à l’effort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Santé publique