•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’état d’urgence déclaré dans l'Est de l'Ontario

L'Hôpital général de Hawkesbury durant l'hiver.

L'Hôpital général de Hawkesbury.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Camille Boutin

Les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry, la Ville de Cornwall et les Comtés unis de Prescott et Russell ont déclaré l’état d’urgence jeudi pour ralentir la progression de la COVID-19.

Les autorités de santé publique craignent que la maladie se propage maintenant sur deux fronts : dans la communauté d’une personne à l’autre ainsi que par les résidents qui reviennent de voyage à l’extérieur du pays, peut-on lire dans un communiqué de presse.

Portrait du docteur devant le Centre Nav à Cornwall.

Le médecin-conseil en santé publique et président-directeur général du Bureau de santé public de l’est de l’Ontario, Dr Paul Roumeliotis.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, a indiqué lors d'un point de presse qu’il fallait agir rapidement pour protéger la population.

Notre population est vulnérable, parce que nous avons beaucoup de personnes âgées.

Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario

Il n’y a présentement que quatre cas confirmés de coronavirus dans l’Est de l'Ontario, selon le Dr Roumeliotis, mais 300 autres cas présumés doivent toujours être confirmés.

Pouvoirs et flexibilité

Pierre Leroux, le président des Comtés unis de Prescott et Russell a indiqué que cette déclaration n’était pas que symbolique.

Les Comtés ont désormais plus de pouvoirs et de flexibilité pour faire des changements à leurs opérations si nécessaire, a-t-il expliqué.

Cela donne également un poids aux nombreuses consignes de prévention qui ont été émises depuis le début de la pandémie, comme la distanciation sociale et le lavage de main.

On veut que le message soit très clair pour nos résidents.

Pierre Leroux, le président des Comtés unis de Prescott et Russell

Selon lui, ceux-ci ne prenaient pas au sérieux la consigne d’isolement de 14 jours au retour de voyage.

Nos résidents ne doivent pas paniquer à propos de l’état d’urgence, mais tout le monde doit utiliser sa tête et prendre les conseils de la santé publique au sérieux, a ajouté M. Leroux.

La mairesse de Cornwall, Bernadette Clément, abonde dans le même sens. Cette dernière a demandé à tous les résidents de faire la bonne chose : restez à la maison, connectés et en sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique