•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise de la session : le Cégep se fait rassurant

La porte d'entrée avec le logo du Cégep.

Le campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda. (archives)

Photo : Karine Aubin

Marc-André Landry

La direction du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue dit prendre tous les moyens nécessaires pour permettre à ses étudiants de reprendre leur formation à distance à compter de lundi prochain.

Des consignes ont été envoyées aux étudiants par les enseignants sur les moyens à prendre pour compléter la session Hiver 2020.

Le Cégep a aussi accordé un accès limité à ses trois campus, de mercredi à vendredi, pour récupérer du matériel pédagogique essentiel à la reprise de leur formation.

Selon le directeur général Sylvain Blais, cette opération est réalisée avec toutes les précautions nécessaires pour protéger la santé des étudiants et du personnel.

Certains étaient très inquiets et un parent a même demandé à la Sûreté du Québec de venir nous visiter, parce qu’elle craignait pour son enfant, affirme-t-il. La SQ est venue prendre connaissance de notre procédure d’accueil et d’accompagnement et on nous a dit que ce qu’on faisait était excellent. On accompagne les étudiants, on leur pose des questions et on s’assure qu’il ne sont pas contagieux, en plus de désinfecter après chaque visite.

Le Cégep se dit aussi prêt à analyser au cas par cas chaque enjeu rencontré par les étudiants et le personnel relativement à cette reprise de la session.

On a mis en place une adresse courriel pour ramasser toutes les préoccupations. On est bien au fait que certains auront plus de difficulté à continuer leur formation. Chaque cas sera regardé pour trouver des solutions. En bout de ligne, on souhaite que 100 % des étudiants soient en mesure de terminer leur session.

Sylvain Blais, DG du CAT

Enfin, la direction du Cégep affirme que le plan de match proposé par les enseignants doit se limiter à l’essentiel.

On a une grande collaboration des enseignants. On vise à offrir les éléments essentiels pour terminer. On va vraiment se concentrer là-dessus. On doit trouver des solutions imaginatives pour respecter la volonté gouvernementale, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation