•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UQAC : des étudiants français rentrent chez eux

Des étudiants qui montent à bord d'un autobus d'Intercar.

Des étudiants français de l'UQAC ont entrepris, jeudi, le long périple qui les mènera vers leur pays d'origine.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Radio-Canada

Les étudiants étrangers qui fréquentent l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sont de plus en plus nombreux à vouloir rentrer chez eux en raison de la pandémie de COVID-19.

Jeudi matin, Radio-Canada a rencontré quelques étudiants français alors qu'ils s'apprêtaient à entreprendre le long et laborieux périple qui les mènera chez eux. Au terminus de Chicoutimi, ils étaient une quinzaine à attendre l’autobus.

On risque un peu, pendant le voyage, de contaminer. C'est le risque. S'il le faut, je resterai en quarantaine dans ma chambre, a commenté un étudiant.

Des étudiants qui se font une accolade au terminus de Chicoutimi.

L'heure était aux adieux, jeudi, au terminus de Chicoutimi pour des étudiants français qui quittent la région.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Pour eux, la session en cours n'est plus qu'une lointaine préoccupation. Mercredi, l’association étudiante, le MAGE-UQAC, a d’ailleurs imploré la direction de mettre un terme au trimestre en raison de la crise.

Certains étudiants étrangers sont déchirés entre le désir de retrouver leurs proches et celui de rester au Québec, où l'épidémie semble plus contrôlée.

Ça peut paraître bête, mais je rentre en France alors qu'ici, il n'y a pas trop de cas, mais je m'inquiétais pour mes proches.

Un étudiant français de l'UQAC 

Tous se sont entendus pour dire qu’ils garderont des souvenirs impérissables de leur passage au Québec, particulièrement au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

D'après le reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation