•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisses de salaire généralisées à La Presse

L'édifice de « La Presse » affiche le logo de l'entreprise.

Il n'y aura pas de pertes d'emploi, a précisé la direction de « La Presse ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La Presse annonce des baisses de salaire de 10 % pour les syndiqués et les cadres jusqu'en décembre 2021, mais pas de pertes d'emploi.

L'employeur va également diminuer ses contributions au régime de retraite. Cette baisse, combinée avec la réduction des salaires, représente une diminution moyenne de la rémunération totale de 14 % pour les employés du média montréalais.

Ces derniers ont appris la mauvaise nouvelle en début d'après-midi jeudi, lors d'une conférence téléphonique avec la direction, qui estime qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort. La direction a d'ailleurs négocié ce plan de survie avec le syndicat, et les employés devront donc l'approuver.

Grâce à son nouveau modèle d'affaires, l’entreprise était en bonne voie d’atteindre l'équilibre financier cette année. Maintenant cependant, la direction craindrait plutôt des pertes de l'ordre de 20 millions de dollars en 2020.

La pandémie de COVID-19, qui ralentit considérablement l'économie, n'épargne donc pas les médias, qui voient leurs revenus publicitaires fondre.

Le marché publicitaire vit un ralentissement dramatique qui touche l’ensemble de l’industrie des médias, dont La Presse. La majorité des revenus de l’entreprise demeurent aujourd’hui liés à l’achat de publicité sur ses différentes plateformes, explique le président Pierre-Elliott Levasseur, dans un mot publié jeudi sur le site Internet du média.

Cette situation hors de l’ordinaire nous force à prendre des mesures exceptionnelles afin d’assurer la pérennité de "La Presse".

Pierre-Elliott Levasseur

M. Levasseur note également qu’au cours des deux dernières semaines, le nombre de contributions volontaires faites au média, devenu un organisme sans but lucratif en 2018, est passé en moyenne de 25 à 200 quotidiennement.

Par ailleurs, Cogeco Média a annoncé la mise à pied de 130 personnes dans ses stations de radio en raison de cette chute des revenus publicitaires. Il s'agit de 25 % de la main-d'oeuvre. La situation, temporaire, dit l'employeur, pourrait durer jusqu'au 17 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médias

Économie