•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cols bleus invitent élus et cadres de Saguenay à prêter main-forte au CIUSSS

Le président du syndicat des cols bleus de Saguenay, Éric Blanchette.

Le président du syndicat des cols bleus de Saguenay, Éric Blanchette.

Photo : Radio-Canada

Le président du syndicat des cols bleus de Saguenay, Éric Blanchette, demande aux élus municipaux et aux gestionnaires de la ville de prêcher par l’exemple en prêtant main-forte au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS).

La plupart des élus estiment toutefois qu'ils ont suffisamment de pain sur la planche actuellement, en cette période critique et sans précédent.

Éric Blanchette invite aussi tous les employés qui sont affectés à des travaux en alternance à aider le CIUSSS, qui a besoin d’effectifs. Ceux-ci sont notamment requis pour désinfecter et assurer la sécurité.

Je pense que ces gens-là sont capables d’aller donner un coup de main. Ça donnerait un bel exemple aux autres employés que la contribution se fasse à tous les niveaux.

Éric Blanchette, président du syndicat des cols bleus de Saguenay

En cette période de crise, le président du syndicat encourage évidemment tous les cols bleus à mettre la main à la pâte. Il s’est lui-même porté volontaire comme bénévole les fins de semaine puisque sa fonction syndicale requiert qu’il travaille à temps plein en semaine.

Un protocole de prêt de personnel est en place depuis mercredi entre la Ville et le CIUSSS. Le tout a été entériné par voie de résolution lors d’une assemblée extraordinaire du conseil municipal, tenue par vidéoconférence mercredi.

Coup dur pour les employés temporaires

Le président du syndicat des cols bleus s’attendait à ce que les employés temporaires de la Ville demeurent en poste, justement pour donner un coup de pouce dans le réseau de la santé. Ils ont cependant été mis à pied jusqu’au 13 avril, ce qui crée du stress chez les syndiqués.

La pandémie fait mal. Et le côté financier, ça crée de l'inquiétude, pointe Éric Blanchette.

Extrêmement occupés

Interrogés par Radio-Canada, des conseillers municipaux ont indiqué qu’il leur est impossible d’en faire plus dans le contexte, eux qui répondent à un nombre accru de demandes de citoyens. De plus, certains font face à des enjeux de conciliation travail-famille.

Je reçois beaucoup d'appels de mes citoyens que je dois régler à la pièce et [nous avons] beaucoup de réunions par téléconférence. J'informe les citoyens sur ma page Facebook. Pour l'instant mes journées sont bien remplies.

Raynald Simard, conseiller municipal de La Baie

Je suis pas mal aussi à temps plein. On a encore plus de demandes avec les citoyens inquiets. Je vais me consacrer à aider la population d’une autre manière, mais oui, si le besoin et la demande se font présents et urgents, je serai là comme tous mes confrères et consoeurs, a pour sa part indiqué le conseiller d’Arvida Carl Dufour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !