•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Brian Pallister demande à Ottawa d'obtenir du crédit pour les provinces

Brian Pallister s'adresse aux médias le 20 janvier 2020.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister

Photo : La Presse canadienne / Mike Sudoma

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, demande au gouvernement fédéral de créer une agence de crédit d'urgence pour permettre aux provinces d'obtenir des prêts à des taux favorables, afin de financer la lutte contre la COVID-19.

Selon Brian Pallister, le Manitoba pourrait dépenser 10 milliards de dollars d'ici la fin de l'année pour combattre la propagation du virus. Il affirme que toutes les autres provinces au pays devront, elles, aussi dépenser des dizaines de milliards de dollars.

En même temps, le revenu des provinces est fortement à la baisse, selon le premier ministre.

Je n'irai pas par quatre chemins. [...] Franchement, notre revenu a beaucoup baissé. Pas un peu. Beaucoup. Il est énormément à la baisse.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Les provinces vont devoir emprunter de l'argent, c'est inévitable, selon Brian Pallister. Il demande à Ottawa d'utiliser sa cote de crédit qui est plus favorable que celle des provinces pour obtenir des prêts.

Selon lui, le gouvernement fédéral peut emprunter à un taux qui est de 1 ou 2 points de pourcentage inférieur au taux offert aux provinces. « Cela nous permettrait collectivement d’économiser des milliards de dollars en intérêts », fait valoir Brian Pallister.

Il ajoute qu'il a envoyé une lettre à Justin Trudeau et à ses homologues des autres provinces à ce sujet.

Des réserves qui dureront 3 mois

Dans le budget 2020, le premier ministre a accéléré le renflouement du compte de stabilisation des revenus, le faisant passer de 571 millions de dollars à 800 millions d'ici la fin du mois. Son total devait passer à 872 millions de dollars d'ici la fin de l'année.

Brian Pallister affirme que ce compte devrait renflouer les coffres du Manitoba pendant trois mois, dans le meilleur des cas. Le Manitoba aurait donc besoin d'emprunter de l'argent d'ici la fin du mois de juin.

Le premier ministre a noté que la baisse de la taxe de vente provinciale prévue, qui devait perdre 1 point de pourcentage, et l'introduction de la nouvelle taxe carbone du Manitoba n'entreront pas en vigueur cette année.

Le déficit de la province cette année pourrait atteindre 5 milliards de dollars, selon le premier ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique