•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Dalhousie se prépare à l'essai clinique d’un vaccin contre la COVID-19

La virologue Alyson Kelvin.

Alyson Kelvin et son équipe mènent des tests sur des animaux dans l'espoir de trouver des vaccins.

Photo : La Presse canadienne

Maryanne Dupuis

Une équipe de chercheurs de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse va de l'avant en testant un vaccin qui utilise un génome d'ADN du SRAS-CoV-2, le virus qui cause la maladie COVID-19.

Nous commençons à tester le vaccin sur des animaux. Nous pensons être en mesure d'entamer la phase 1 des essais cliniques sur l’homme dans trois semaines, a déclaré la virologue Alyson Kelvin.

Mme Kelvin, qui est professeure adjointe au Département de microbiologie et d'immunologie de l’Université Dalhousie, précise qu'il faut habituellement un an pour développer, tester et distribuer des vaccins au grand public.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Nous travaillons très fort pour faire avancer les choses le plus rapidement possible, a-t-elle déclaré. Nous avons d'autres vaccins en préparation au cas où celui-ci ne serait pas aussi efficace que nous le pensons.

Contrairement à un vaccin typique contre la grippe, qui est créé à partir d'une protéine d'un virus, Alyson Kelvin explique que le vaccin que son équipe est en train de tester utilise une partie de l'ADN du virus.

Et il utilise vos propres cellules pour produire une protéine qui apprendra à votre système immunitaire à quoi ressemble le virus, a-t-elle déclaré.

Alyson Kelvin dans son laboratoire.

Alyson Kelvin dans son laboratoire

Photo : La Presse canadienne

Actuellement, les vaccins à ADN se sont avérés sûrs et efficaces chez l'homme. Nous espérons donc que cela permettra d'accélérer le processus de développement des vaccins, a ajouté Mme Kelvin.

Un processus de plusieurs mois

VIDO-InterVac, le laboratoire basé à Saskatoon où Alyson Kelvin travaille comme professeure invitée, a commencé à faire des recherches pour mettre au point un vaccin contre la COVID-19 en janvier. Il vient de recevoir 23 millions de dollars du gouvernement fédéral pour continuer ce travail.

Nous aurons ce vaccin prêt lorsque le virus reviendra.

Alyson Kelvin, professeure adjointe à l'Université Dalhousie

Mais même avec une abondance de fonds et avec des scientifiques du monde entier qui travaillent ardemment, le développement d'un vaccin peut être un processus long et compliqué.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Mme Kelvin espère qu’un vaccin efficace pourra être distribué aux gens d’ici le retour de la COVID-19.

Il est possible que le virus de la COVID-19 provoque des infections et des maladies saisonnières, comme le fait le virus de la grippe. Si c'est le cas, nous aurons ce vaccin prêt lorsque le virus reviendra, a affirmé Mme Kelvin.

Comme les chercheurs passent de longues journées dans le laboratoire, les Néo-Écossais peuvent aider en suivant les conseils que les responsables de la santé publique donnent depuis le début, mentionne Alyson Kelvin.

La distanciation sociale est maintenant la meilleure arme pour combattre ce virus, a-t-elle dit.

D’après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Coronavirus