•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Uashat mak Mani-utenam ferme ses frontières

L'affiche du conseil de bande de Uashat-Maliotenam.

Le logo du conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam.

Photo : Radio-Canada

Le conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam décrète une interdiction de sortie pour les membres de la communauté, sauf exception, pour éviter toute propagation de la COVID-19 dans la communauté. Une mesure draconienne à laquelle aucune autre communauté innue n’a encore eu recours au cours de la crise sanitaire.

Le décret entrera en vigueur dès 18 h jeudi soir pour une durée indéterminée.

Après avoir analysé toutes les options, on a décidé qu’il fallait fermer la communauté pour accroître la protection de nos membres. C’est une décision qui a été réfléchie, qui n’a pas été prise à la légère, explique le chef Mike McKenzie par voie de communiqué.

Les communautés innues d'Ekuanitshit et de Pessamit et de Nutashkuan interdisent déjà l’entrée sur leur territoire aux visiteurs n’ayant pas de raison essentielle de s’y trouver. Uashat mak Mani-utenam mise toutefois sur une mesure encore plus draconienne en confinant sa population à l’intérieur des limites de la communauté.

Les magasins Walmart, IGA et Maxi qui se trouvent sur le territoire de Uashat, mais qui sont accessibles à partir du réseau routier de Sept-Îles demeureront toutefois ouverts à la population de Sept-Îles tout comme à celle de Uashat mak Mani-utenam.

Des policiers et agents de sécurité contrôleront les points d’accès de la communauté. Des intervenants y seront également postés pour rappeler les consignes sanitaires et identifier les personnes qui pourraient être infectées par le coronavirus.

Le maire de Sept-Îles solidaire

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, dit avoir été mis au courant des intentions du conseil de bande jeudi matin.

Il ajoute comprendre la volonté du conseil de bande et la pertinence du geste.

Il explique que la communauté innue pourrait être plus vulnérable que Sept-Îles à la propagation de la COVID-19 en raison de certains problèmes de santé qui y sont plus répandus et d'un plus grand nombre de personnes qui habitent dans chaque maison, rendant l'isolement plus difficile.

Ces deux choses-là mises ensemble, je peux comprendre qu'ils mettent des efforts particuliers pour tenter de s'assurer que le virus n'entre pas à l'intérieur de la communauté, parce que la bataille serait probablement plus difficile qu'elle pourrait l'être de notre côté, dit M. Porlier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus