•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des policiers interceptent les véhicules récréatifs sur la route 175.

L'opération Snowbird est en cours depuis jeudi près du lac Pouce, sur la route 175.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

Le Service de police de Saguenay (SPS) mène une opération particulière depuis 8 h jeudi, à l’entrée de la route 175 pour augmenter les efforts de prévention de la transmission de la COVID-19.

Les policiers installés dans le secteur du lac Pouce, à Laterrière, ont reçu la directive d'intercepter les véhicules récréatifs qui reviennent du sud des États-Unis, notamment de la Floride, dans le cadre de l’opération Snowbird. L'objectif est de les informer des consignes de sécurité qui touchent les voyageurs.  

Tous les véhicules récréatifs doivent s’arrêter au barrage. Les policiers leur posent des questions de routine sur leur provenance et sur leur destination. Ils les préviennent de l'obligation de se placer en isolement et les renseignent sur les mesures à prendre pour assurer leur alimentation.

Les policiers identifient également les voyageurs afin de pouvoir les contacter si les autorités de la Santé publique en font la demande.

Aucun test de dépistage des symptômes de la COVID-19 n’est effectué par les policiers au lieu de barrage.

Les véhicules récréatifs qui sortent de la ville en direction sud ne sont pas visés par le contrôle.

Les voyageurs s'organisent

Mercredi, des voyageurs ont tenté deux fois plutôt qu’uned’aller faire des courses dans des supermarchés de Saint-Félicien.

Pour éviter que le scénario ne se répète, des commerces comme Roulottes A.S. Lévesque ont décidé d’offrir le stationnement, l'eau, l'électricité et un service de courses aux touristes hivernants dont le retour a été précipité et qui n'ont nulle part où aller.

C'est gratuit. Ma cour est là. Elle ne sert à rien quand même parce qu'on est fermé pour les trois prochaines semaines suite aux demandes du gouvernement, mais on pense qui faut pas laisser nos gens mal pris, donc chez nous, c'est un endroit sécuritaire, explique le directeur des ventes, Roger Morency.

La façade extérieure de Roulottes Lévesque

Chez Roulottes Lévesque, des services ont été mis en place pour accueillir les voyageurs.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Revenus plus tôt du Mexique et de la Floride, Padou Martel et Gertrude Gagnon sont en quarantaine, tout comme leur voisin François Tremblay.

Nous autres, on est arrivés en motorisé. Avant de partir de la Floride, on s'était stockés pour trois semaines. Au moins pour quinze jours.

Padou Martel

Nos enfants passent leur temps à nous téléphoner. Ils ont assez peur qu'on manque de quelque chose, mais, on est très gâtés avec nos enfants, mais on a beaucoup de nourriture, commente sa conjointe.

François Tremblay a l’intention de suivre les consignes à la lettre.

On n'a pas le choix vraiment. Nos enfants nous amènent de la bouffe, donc c’est correct, assure-t-il.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !