•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les centres de tri de Via frappés par la crise du coronavirus

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des matières recyclables.

Des matières recyclables.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Érik Chouinard

Dans le contexte de la crise de la COVID-19, la Société Via a presque totalement suspendu ses opérations mardi soir dans ses quatre centres de tri, dont deux se retrouvent dans la grande région de Québec.

C’est essentiellement une décision sanitaire, selon le président-directeur général de la société, Jean-Sébastien Daigle.

Nous n’étions plus en mesure d’assurer l’application des directives, entre autres pour la distanciation sociale, indique M. Daigle. Il précise qu’à plusieurs endroits sur la ligne de tri, la proximité entre les employés est en deçà de deux mètres.

Il ajoute que dans notre situation, nous avons entre autres plusieurs employés qui courent un risque supplémentaire en attrapant le virus, en précisant que son organisation emploie, entre autres, des personnes ayant une limitation fonctionnelle.

Les centres touchés sont ceux de Québec, Lévis, Rivière-du-Loup et Dégelis.

Jean-Sébastien Daigle en entretien via Skype.

Jean-Sébastien Daigle est président-directeur général de la Société VIA.

Photo : Radio-Canada

Incertitudes pour le recyclage

La Société Via a averti les villes concernées par cette interruption de service qui pourrait s’étendre jusqu’au 14 avril. La Ville de Québec a annoncé qu'elle stockerait 80 % des matières collectées au cours des prochaines semaines.

Le centre de tri de la Société Via qui déssert la Ville fonctionnera encore, mais au ralentit.

Du côté de Lévis, la Ville mentionne que la collecte se poursuit, mais qu'elle ne pourra pas entreposer la matière qui devra donc se retrouver à l'incinérateur ou dans un site d'enfouissement.

La Société Via de Lévis trie et vend 100% des matières recyclables qui lui sont acheminées.

La Société Via, à Lévis, trie et vend 100 % des matières recyclables qui lui sont acheminées. (photo : archives)

Photo : Radio-Canada

Pour les municipalités qui devront cesser la collecte, le président-directeur général encourage, malgré tout, les citoyens à maintenir leurs habitudes. On les invite à garder leur matière le temps de l’arrêt, jusqu’à ce qu’on puisse repartir, plaide Jean-Sébastien Daigle.

La collecte et la gestion des matières résiduelles figurent pourtant dans la liste des services essentiels désignée par le gouvernement du Québec lundi soir.

On travaille d’arrache-pied pour trouver toutes les alternatives possibles pour minimiser l’impact environnemental et l’impact sur le service, soutient M. Daigle.

Il laisse entre autres planer la possibilité d’implanter un tri réduit. On regarde pour trier à plus basse vitesse et entreposer le reste de la matière pour la recycler plus tard, assure-t-il.

Cette possibilité lui est envisageable comme ce n’est pas la manipulation des matières recyclables qui est la plus préoccupante. Selon les informations de la santé publique, si nous mettons des gants, lunettes et masque, le risque de contamination est relativement faible, relate Jean-Sébastien Daigle.

Avec les informations d'Edith Hammond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !