•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau demande de la souplesse envers les détenteurs de cartes de crédit

Le premier ministre Justin Trudeau donne une conférence de presse.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les banques devraient faire preuve de souplesse envers les détenteurs de carte de crédit qui doivent rembourser leur solde en cette période de difficulté financière attribuable au coronavirus, a convenu jeudi Justin Trudeau.

Dans un point de presse dénué de grandes annonces, le premier ministre canadien s'est fait demander si les entreprises devraient offrir une période de grâce aux détenteurs de cartes.

Tout à fait. C’est une conversation qu’on est en train d’avoir avec les grandes banques au Canada, a répondu M. Trudeau du tac au tac.

Le ministre [fédéral des Finances, Bill] Morneau a un dialogue régulier avec les banques. On est en train de les encourager à prendre des mesures comme ça.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

En même temps, on regarde des mesures pour avoir de l’accès au crédit, pour les Canadiens, qui coûterait énormément moins cher que ce que les cartes de crédit exigent, a-t-il ajouté sans plus de détails.

La plupart des cartes de crédit facturent des intérêts de 20 % sur le solde impayé.

Un peu plus tard, le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, a souligné que les banques et le Mouvement Desjardins se sont engagés à travailler avec leurs clients pour assouplir les conditions de paiements [des prêts qui passent par les cartes de crédit.

Cela implique aussi un engagement de leur part à faire en sorte que certaines modalités pour réduire les taux d’intérêt sur certains des prêts que les gens ont, entre autres ceux sur les cartes de crédit, soient offertes aux clients, a-t-il ajouté.

Attention aux textos frauduleux

M. Trudeau a rappelé que les Canadiens qui veulent plus d'informations sur la nouvelle Prestation canadienne d'urgence annoncée mercredi sont invités à se rendre sur le site web du gouvernement (Nouvelle fenêtre). Il a mis la population en garde contre un texto frauduleux qui a circulé à ce sujet. C'est une arnaque, a-t-il prévenu.

Décevant et dangereux que des voyageurs ne respectent pas les consignes

Justin Trudeau a aussi martelé qu'il est maintenant obligatoire pour quiconque revient d'un voyage à l'étranger de s'isoler pour 14 jours à son retour au Canada.

Certains ne semblent pas prendre nos recommandations au sérieux. C’est non seulement décevant, c’est dangereux, a-t-il lâché, avant de rappeler que les contrevenants s'exposent à des amendes, voire à des peines de prison.

Si vous retournez de voyage, vous ne pouvez en aucun cas sortir de la maison pendant 14 jours.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Santé Canada va faire des suivis avec beaucoup de gens pour vérifier qu’ils sont effectivement en isolement, a-t-il ajouté par la suite.

L'administratrice de l'Agence de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, et son adjoint, le Dr Howard Njoo, sont toutefois demeurés circonspects à ce sujet lors de leur propre conférence de presse.

La première a évoqué des contrôles aléatoires qui seront effectués auprès des voyageurs de retour, tandis que le second a parlé de possibles visites à domicile, sans dire si cela était déjà en cours.

La Dre Tam a aussi mentionné que très peu de voyageurs sont actuellement hébergés dans des installations du gouvernement fédéral disponibles pour les gens qui ne peuvent pas s'isoler à domicile.

Au Canada, la COVID-19 a infecté 3890 personnes et fait 37 morts.


Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique