•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la mairesse de Cornwall préoccupée par la situation aux États-Unis

Bernadette Clement, la mairesse de Cornwall, pose face à la caméra.

Bernadette Clement, la mairesse de Cornwall, s'inquiète de l'épidémie de COVID-19 dans l'État de New-York

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La mairesse de Cornwall, Bernadette Clement, se dit très préoccupée par l’épidémie de COVID-19 qui s’abat sur l’État de New York, voisin de sa localité. Cet État compte plus de 30 000 cas de COVID-19, soit la moitié du total des États-Unis.

J’ai parlé au maire de Massena, la ville américaine située juste de l’autre côté de la frontière. Dans son État, ils sont inquiets et nous aussi. On a quatre malades confirmés dans notre région, dont une personne qui revient de vacances dans la ville de New York, a précisé Mme Clement en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau mercredi.

Si la frontière entre le Canada et les États-Unis est temporairement fermée depuis samedi, certains Canadiens continuent de rentrer de voyage et les camions de marchandises peuvent toujours passer. La mairesse de Cornwall a affirmé suivre la situation de près.

Une municipalité en première ligne depuis un mois

La Ville de Cornwall vit de près la COVID-19 depuis plusieurs semaines, puisque c’est dans cette localité, plus précisément au sein du Centre Nav, que des passagers venant de bateaux de croisière ont passé leur quarantaine à leur retour au Canada.

Si la mairesse estime que la communauté a une bonne compréhension de la réalité du virus, elle hausse le ton et rappelle l’importance de rester à la maison.

Je ne suis pas encore satisfaite de la réaction des gens dans la région concernant le sérieux de cette question-là.

Bernadette Clement, mairesse de Cornwall

La mairesse précise : Il y a une majorité de gens qui respectent et ont compris les consignes, mais ce n’est pas parfait et j’aimerais voir beaucoup moins d’autos dans nos rues, j’aimerais voir les stationnements des magasins moins remplis, a-t-elle indiqué.

La région pourrait même déclarer l'état d'urgence afin que le message soit mieux compris par les citoyens.

Avec les informations de Mathieu Nadon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique