•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : ce qu’il faut savoir aujourd’hui en Abitibi-Témiscamingue

Un stéthoscope

Hier, un 6e cas de coronavirus a été confirmé en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : iStock / Andrei Vasilev

Radio-Canada

Au cours de la journée hier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a confirmé un 6e cas de coronavirus dans la région. Le Québec est devenu la province la plus touchée au pays.

On dénombre maintenant 1 339 cas confirmés dans la province, suivie de l’Ontario, avec 688 cas. Au Canada, le dernier bilan dénombrait 3385 cas confirmés.

François Legault lors de son point de presse.

Le premier ministre François Legault lors de la conférence de presse quotidienne du 25 mars.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le CISSS-AT indique qu’aucune des personnes infectées dans la région n’a été hospitalisée.

Industrie des ressources naturelles

Le mercredi 25 mars, la Fonderie Horne a annoncé qu’elle réduira graduellement le personnel directement affecté à l’usine. D’ici le 13 avril, plus de 80 % de la main-d’oeuvre sera renvoyée à la maison.

La direction de la fonderie affirme qu’elle doit procéder de cette façon afin de ne pas causer d’importants dommages à ses installations.

En ce qui concerne l’industrie minière, la compagnie Agnico Eagle a annoncé qu’elle mettait toutes ses usines en veille jusqu’au 13 avril, incluant ainsi celles au Québec. Seuls le maintien des infrastructures et la sécurité seront assurés au Complexe LaRonde, à la mine Goldex et à la mine Canadian Malartic.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Autres emplois coupés dans les médias

RNC Média confirme que quatre personnes seront mises à pied en Abitibi-Témiscamingue à compter de la fin de la semaine. La semaine dernière, le journal local Le Citoyen annonçait qu’il réduisait son personnel de plus de moitié.

Cris du coeur des professionnels du réseau de la santé

Les policiers, ambulanciers, pompiers et les employés des travaux publics déployés à la suite d’un appel d’urgence se retrouvent parfois dans des situations où leur propre santé est en danger.

Ils exhortent la population de dire la vérité lorsqu’ils appellent le 9-1-1.

Un panneau de signalisation affiche un message de remerciement devant le stationnement d'ambulances d'Urgences-santé.

Des gens ont tenu à remercier les ambulanciers d'Urgences-santé.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

De plus, des médecins et des spécialistes de l’Abitibi-Témiscamingue ont produit une vidéo dans laquelle ils demandent à la population de rester chez soi et de respecter les mesures d’hygiène et d’isolement afin d’éviter un surpeuplement des établissements de la santé. 

Aider les gens doublement isolés

Des organismes présents dans la région ont donc mis en place des activités spéciales pour apporter du soutien aux immigrants, qui doivent déjà vivre avec une forme d’isolement, se trouvant loin de leur pays d’origine. 

Témoignages de la région

Sur nos ondes à l’émission Région Zéro 8, une infirmière native du Témiscamingue a témoigné de son expérience en Californie. Celle qui pratique le métier d'infirmière depuis près de 15 ans affirme qu'elle n'a jamais vu une situation comme celle que l'on vit présentement avec la COVID-19.

Une femme porte un masque dans le visage.

Priscilla Skaggs vit la pandémie de coronavirus à partir des États-Unis.

Photo : gracieuseté

Jenny Bouchard, mère de neuf enfants qui vit à Rouyn-Noranda, a de la difficulté à acheter suffisamment de nourriture pour sa famille lorsqu'elle va à l'épicerie à cause des limites imposées sur la quantité de produits autorisés par client. Elle a expliqué son dilemme à Des matins en or.

Alain Guimond, ex-candidat du Nouveau parti démocratique dans la circonscription d'Abitibi-Témiscamingue aux élections fédérales, a finalement décidé de revenir de Thaïlande. Lui et sa conjointe ont fait face à plusieurs défis, notamment le prix élevé des billets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Coronavirus