•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le plan du gouvernement Ford est-il suffisant?

Deux hommes en complet veston et cravate.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et le ministre des Finances, Rod Phillips

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

ANALYSE | À première vue, les investissements prévus dans le plan de 17 milliards de dollars des conservateurs de Doug Ford semblent impressionnants. Or, ces investissements seront-ils suffisants pour aider les Ontariens en pleine pandémie de la COVID-19? La question se pose.

D’abord, il faut bien comprendre que la province n’injecte pas 17 milliards de dollars en dépenses publiques.

De ce montant, il y a 10 milliards en impôts et autres charges qui sont reportés. Autrement dit, le gouvernement Ford se prive temporairement de certaines recettes fiscales, qu’il compte aller récupérer dans cinq ou six mois.

En présentant son énoncé économique à Queen’s Park mercredi, le ministre ontarien des Finances, Rod Phillips, affirmait que ces mesures permettraient aux entreprises et aux particuliers de débloquer des liquidités en cette période d’incertitude.

Mais ces mesures ne font que changer le mal de place.

Même la Chambre de commerce de l’Ontario, qui représente 60 000 entreprises dans la province, a rapidement sonné l’alarme.

Ça va aider à court terme, mais si ça va durer longtemps, ce n'est pas assez.

Rocco Rossi, président de la Chambre de commerce de l’Ontario

Son président, Rocco Rossi, estime qu'il vaudrait mieux accorder une aide financière directe aux entreprises pour les aider à payer les salaires de leurs employés et leurs coûts fixes. Leurs ventes et leurs revenus ont déjà reculé dramatiquement en raison de la pandémie de coronavirus, a-t-il souligné.

Selon un nouveau sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, les PME canadiennes ont perdu en moyenne 136 000 $ depuis le début de la crise de la COVID-19. Un tiers d’entre elles estiment qu’elles ne survivraient pas plus d’un mois si la tendance se maintenait.

Réduire les factures d’électricité des petites entreprises, une mesure qui permettra d’économiser environ 150 $ par mois, estime la province, et reporter le paiement de leurs impôts est un pas dans la bonne direction, selon le vice-président aux affaires nationales de la FCEI, Jasmin Guénette. Il croit aussi qu'il faut venir en aide directement aux petites entreprises.

Le visage d'un homme.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le plus important déficit de l’histoire de l’Ontario?

Le plan du gouvernement Ford fera grimper le déficit à 20,5 milliards de dollars pour la prochaine année fiscale, ce qui représente un peu plus de 2 % du PIB de la province.

Encore une fois, ce chiffre peut sembler impressionnant. Après tout, les troupes de Doug Ford ont été élues avec une forte majorité et sous la promesse de ramener l’Ontario à l’équilibre budgétaire.

Mais mettons ce chiffre en perspective.

Lors de la dernière crise financière, le gouvernement libéral de Dalton McGuinty avait prévu des déficits successifs de plus de 20 milliards – de 2009 à 2012 – pour relancer l’économie ontarienne. En tenant compte de l’inflation, les conservateurs aujourd’hui semblent frileux, malgré le fait que la pandémie de la COVID-19 pourrait s’avérer bien plus dévastatrice.

L’économiste de la Banque Scotia Rebekah Young a souligné, quant à elle, que les précédents gouvernements ontariens aux prises avec une récession s’étaient engagés à des déficits allant jusqu’à 4 % du PIB de la province, ce qui correspondrait aujourd’hui à plus de 35 milliards de dollars.

Or, le déficit envisagé par les conservateurs représente la moitié de cette proportion.

Doug Ford s’est engagé à faire tout ce qu’il faut face à cette crise sans précédent, mais le plan de son gouvernement va-t-il assez loin? La question se pose.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !