•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Journal de Lévis cesse sa publication temporairement

Une du journal, où l'on voit une photo d'une affiche disant "fermé". On peut lire le titre "La crise frappe fort" puis "fermeture temporaire de nos bureaux".

L'hebdomadaire coopératif a suspendu sa parution papier en raison de la chute des revenus publicitaires.

Photo : Radio-Canada

Guillaume Piedboeuf

Une chute des revenus publicitaires provoquée par la COVID-19 a forcé le Journal de Lévis à suspendre sa publication et mettre à pied ses employés temporairement, mercredi. Une décision tombée quelques heures avant l’annonce d’une aide financière du gouvernement fédéral pour soutenir les médias et au lendemain de la mise à pied de 31 travailleuses et travailleurs du Soleil.

Seul hebdomadaire lévisien depuis la fermeture du Peuple Lévis, en 2017, le Journal de Lévis met à pied une quinzaine d'employés. Distribuée gratuitement, la publication est évidemment financée en grande partie par la publicité, explique le directeur de l’information, Érick Deschênes.

Malheureusement, avec la décision du gouvernement provincial de décréter la fermeture de tous les commerces et les entreprises non essentielles, on s’approchait du zéro revenu publicitaire.

Malgré la garantie du gouvernement Legault d’acheter un certain nombre de publicités, la décision de fermer au moins jusqu’au 13 avril s’imposait, poursuit-il. Il en va de même pour le Peuple Lotbinière, un autre hebdomadaire de Chaudière-Appalaches acquis il y a quelques années par la coopérative qui détient le Journal de Lévis.

Il est écrit "Fermeture temporaire de nos bureaux" au bas de la une.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le journal a ajouté cet avis au bas de la une du journal.

Photo : Radio-Canada

Popularité record, revenus inexistants

On a quand même une bonne marge de manoeuvre financière, mais pour la conserver dans le but d’une relance éventuelle, il fallait cesser nos activités le temps de cette fermeture obligée des commerces non essentiels, explique Érick Deschênes.

Paradoxalement, l'hebdomadaire observait une importante hausse des visites sur son site internet, depuis quelques semaines alors que les Québécois tentent de s’informer le mieux possible sur la crise COVID-19 et ses impacts dans leurs milieux. Un site internet qu’Érick Deschênes tentera désormais d’alimenter à lui seul pour ne pas complètement abandonner les lecteurs.

La situation n’est pas étrangère à celle de la Coopérative nationale de l'information indépendante qui a annoncé 143 mises à pied temporaires, mardi, parmi les anciens employés du Groupe Capitale Médias. Les six quotidiens du groupe, dont Le Soleil, ont également cessé leur publication papier, sauf le samedi.

Une aide financière fédérale

Afin d’éviter une disparition massive des médias d’information en pleine crise, le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé une aide financière, mercredi après-midi, pour permettre aux journalistes de continuer à informer le public sur la crise de la COVID-19.

Ottawa investira notamment la vaste majorité des 30 millions $ de sa campagne nationale de sensibilisation sur la COVID-19 dans les médias canadiens.

Un pas dans la bonne direction que salue le directeur général de la Coopérative nationale de l'information indépendante, Stéphane Lavallée, mais qu’il juge encore insuffisant.

Il y a quand même de la déception de mon côté. La mise en place d’un comité consultatif sans engagement ferme par rapport aux délais du versement des crédits d’impôt, ça me fait dire que je ne suis pas tout à fait sur la même planète que certains autres intervenants, a-t-il déclaré, mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Emploi