•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les résultats de tests prennent du temps à arriver dans le nord de la C.-B.

Plan serré, d'une main gantée qui présente un écouvillon utilisé pour les prélèvements du test de coronavirus.

Les résultats de tests de dépistage de la COVID-19 prennent du temps à arriver dans le nord de la Colombie-Britannique à cause de la distance entre le site des tests et les laboratoires d'analyse des échantillons.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Mugoli Samba

Les résultats de tests de dépistage de la COVID-19 prennent plus de temps à être donnés aux patients du nord de la Colombie-Britannique que n’importe quelle autre région de la province, affirme la médecin hygiéniste de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry.

Deux travailleurs du milieu de la santé du nord de la province ont confirmé à Radio-Canada/CBC avoir été avisés qu'il leur faudrait attendre jusqu'à 14 jours pour obtenir les résultats de leurs tests de dépistage.

Évidemment, le défi dans le nord est la distance à parcourir pour faire parvenir les échantillons aux laboratoires capables de faire ce genre de tests, explique la médecin hygiéniste en chef, ajoutant que la province met des efforts en place pour réduire ces temps d’attentes le plus rapidement possible.

La Dre Bonnie Henry et Adrian Dix ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, en conférence de presse.

La Dre Bonnie Henry est la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Nous travaillons là-dessus… nous allons réduire le temps d'attente… pour faire parvenir les tests à un laboratoire approprié le plus rapidement possible.

Dre Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

La régie de santé du nord dessert un territoire de près de 600 000 miles carrés. Elle a récemment mis sur pied des centres de dépistage de COVID-19 dans certaines de ces communautés.

Selon la Dre Bonnie Henry, la solution la plus efficace serait de pouvoir offrir des tests de dépistage et les résultats de ces derniers sur place, mais ce n'est pas encore possible.

Le type de tests que nous avons en ce moment doit être fait dans un laboratoire avec un type d’équipement spécialisé, dit-elle. C’est absolument un défi, dans le nord et aussi dans l’intérieur.

La régie de santé du nord de la Colombie-Britannique confirme que 408 personnes ont été soumises à des tests de dépistage pour la COVID-19 entre le 3 et 21 mars.

Des inquiétudes chez les résidents

Alors que la Dre Bonnie Henry reconnaît les défis auxquels font face les patients dans le nord de la province, certains habitants de ses municipalités font aussi part de leurs inquiétudes.

Plan panoramique de Kitimat avec des montagnes enneigées en arrière-plan.

Louis Laganière craint que les hôpitaux dans le nord de la Colombie-Britannique soient incapables de gérer une éclosion de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Louis Laganière, résident de Kitimat, craint que sa municipalité ne soit capable de gérer une éclosion de la COVID-19, si elle devait avoir lieu.

La croissance économique du secteur a attiré des milliers de travailleurs vers les camps de travailleurs du projet d'exploitation de gaz naturel LNG Canada. Il croit que ces derniers peuvent poser un risque.

Il y a des camps qui peuvent avoir une capacité jusqu’à à peu près 5000 hommes ici. Les camps ne sont pas à pleine capacité, mais c’est beaucoup de monde qui vient de l’extérieur, décrit-il.

L'hôpital ici… et même tout le nord de la Colombie-Britannique ne serait pas capable d’absorber ça.

Louis Laganière, résident, Kitimat

Avec les informations de Dominique Lévesque et de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !