•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Le défi de communiquer avec les aînés francophones

Gros plan sur les mains d'une personne âgée qui fait un casse-tête.

Dans les résidences pour aînés, les visites sont souvent limitées en ce moment (archives).

Photo : Shutterstock / Robert Kneschke

Nafi Alibert

Généralement seuls en raison de leur âge, mais aussi de leur langue, les aînés francophones albertains sont à l'heure actuelle exposés à un autre niveau d’isolement social en raison des mesures de confinement. Une population particulièrement vulnérable à la COVID-19 avec laquelle la Fédération des aînés francophones de l’Alberta tente de garder le contact pour briser la solitude et leur communiquer les directives à suivre.

On est en ce moment en train d’appeler tous nos membres les uns après les autres, explique la directrice générale de la FAFA, Alizé Cook.

Comme ses collègues, elle passe une partie de ses journées au téléphone pour s’assurer que ses membres en confinement reçoivent les informations de santé publique en français.

Une des choses qui est vraiment importante pour nous, c’est de communiquer à chaque fois que le gouvernement fait des communiqués sur les mesures à prendre, en particulier sur les mesures à prendre, précise-t-elle, alors que les bureaux de la FAFA sont fermés pour éviter que les aînés ne s’y rendent.

Loin des yeux…

Depuis cette semaine, la fédération organise également des groupes de discussion à distance. L’un d’entre eux a notamment permis aux aînés de poser leur question en français à une infirmière.

Le problème en ce moment, c’est le trop-plein d’information, observe Mme Cook. C’est difficile parfois de faire la part des choses, donc on voulait permettre aux gens qui ont des questions de les poser et de ne pas être seulement en train de recevoir de l’information.

D’autres sessions seront organisées le temps que durera la crise sanitaire, prenant la forme de conseils de santé, d’activité comme la relaxation ou de conférence téléphonique.

Ça fait déjà un an que l’on travaille sur ce projet qui s’appelle Connect’Ainés, et qui, comme son nom l’indique, cherche à connecter les aînés au travers de la province, explique Mme Cook.

Toutes personnes aînées francophones ou francophiles peuvent y participer. C’est gratuit et ça prend juste un téléphone.

Alizé Cook, directrice générale, FAFA

Un téléphone au bout duquel les voix se veulent aussi rassurantes, alors que la COVID-19 a entraîné, mardi, le décès d'une deuxième personne de plus de 60 ans dans la province.

Nos résidents sont évidemment inquiets, ils savent pertinemment que leur état de santé fait qu’ils sont à risque, admet l’administrateur du Manoir Saint-Thomas, Rock Labelle. Plusieurs d’entre eux prennent des mesures de précautions supplémentaires, ajoute-t-il.

Coupé, mais connecté

Au Manoir Saint-Thomas, une résidence pour aînés d’Edmonton, près d’un locataire sur cinq est unilingue francophone.

Roch Labelle dit apprécier les efforts du gouvernement albertain qui l'aide à informer les 55 résidents qui se retrouvent coupés du monde depuis que l’accès à l’immeuble et restreint.

Toute visite non essentielle est prohibée, et il y a un registre à l’entrée ou les gens doivent désormais s’enregistrer, commence-t-il. Nous recevons quotidiennement des courriels de la province de l’Alberta qui traduit (en français) ses communiqués, et nous avons accès à toutes sortes de documentations en français au travers de Services de Santé Alberta que nous affichons dans notre manoir.

Couloirs, murs, portes, la résidence est également placardée avec les affiches bilingues fournies par Santé Canada rappelant les mesures d’hygiène et la distanciation physique nécessaire.

Nous n’avons pas eu à faire de demande spéciale, la documentation est vite arrivée ou nous l’avons facilement trouvée, dit M. Labelle. C’était tout à fait important, tous nos résidents au Manoir Saint-Thomas sont d’expression française donc c’est impératif que l’information soit disponible en français.

Service de Santé Alberta rappelle que des informations en français sont également disponibles en tout temps pour les Albertains francophones sur le site du gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Francophonie