•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agnico Eagle met ses mines en veille jusqu'au 13 avril

L'affiche à l'entrée du site minier Goldex, d'Agnico Eagle, avec la mine au loin.

Le complexe minier Goldex, d'Agnico Eagle, situé à Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Mines Agnico Eagle confirme qu'elle met ses mines canadiennes en veille jusqu'au 13 avril.

Au Québec, c'est donc dire que les activités seront réduites au strict minimum pour le maintien des infrastructures et la sécurité au Complexe LaRonde, à la mine Goldex et à la mine Canadian Malartic.

Le vice-président aux opérations pour l'est du Canada précise que seulement 10 % des 4000 employés et entrepreneurs qui travaillent normalement sur les sites d'Agnico Eagle en Abitibi vont continuer à se rendre au travail.

Daniel Paré donne un aperçu du travail qui doit se poursuivre sur le terrain pour des raisons de sécurité.

Quand on parle d'activités minimum sur nos sites, présentement, ce qu'on a à faire, c'est les suivis environnementaux pour demeurer conforme au niveau de l'environnement. On est en période de dégel, de fonte des neiges, donc on doit s'assurer que la gestion de l'eau se fait de façon adéquate sur nos sites. Aussi, ce qu'on maintient avec ces personnes-là, c'est le pompage de nos infrastructures et la sécurité des sites. Donc pour l'Abitibi, je dirais qu'on est vraiment aux activités minimum.

La minière mentionnait hier que tous les employés continueraient à percevoir leur salaire de base.

Quant aux sites de Meliadine et de Meadowbank au Nunavut, les activités seront aussi réduites puisque ces sites sont approvisionnés régulièrement à partir de Val-d'Or et de Mirabel.

Un camion lourd transporte de la roche dans une carrière.

La production de la mine Meadowbank, de l’entreprise Agnico Eagle, a débuté en 2010 au Nunavut.

Photo : Radio-Canada / Sean Kilpatrick

À Méliadine, Agnico Eagle évalue des scénarios afin de continuer, d’une manière réduite, ses activités dans la mine souterraine et à l’usine.

Les réserves de minerais sont suffisantes pour alimenter l’usine de Méliadine pendant environ 40 jours, alors qu’à Meadowbank, la priorité sera mise sur l’augmentation des activités d’entretien mécanique et sur la gestion de l’eau requise pour la période de fonte printanière.

Là aussi les mesures prises par le gouvernement du Québec ont eu un impact. On transite nos opérations via Mirabel et Val-d'Or, donc présentement au Nunavut on a libéré les employés des communautés locales. Et on a aussi réduit le nombre d'employés qui travaillent à ces sites-là. Donc présentement, là-bas à Meadowbank et Meliadine aussi on va vers une opération minimum, affirme le VP aux opérations pour l'est du Canada, Daniel Paré.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Toutes les activités d'exploration d'Agnico Eagle au Canada sont par ailleurs suspendues.

Par voie de communiqué, la minière se veut aussi rassurante pour les investisseurs : elle mentionne se préparer à reprendre ses activités rapidement et de façon sécuritaire une fois toutes les restrictions levées.

Les activités se poursuivent par ailleurs dans les mines d'Agnico Eagle au Mexique et en Finlande, où la minière assure suivre les directives des autorités sanitaires de ces pays avec attention.

La minière rapporte par ailleurs qu'aucun cas de COVID-19 n'a été détecté dans ses mines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Industrie minière