•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une amende pour ne pas avoir respecté les consignes de confinement

Andrée East en entrevue à Radio-Canada, à l'extérieur, l'hiver.

Andrée East est porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un résident de Hull s’est vu remettre, dans la nuit du 24 au 25 mars, deux constats d’infraction totalisant 1200 $. Celui-ci a tenu un rassemblement dans son logement, alors que le Québec se trouve en confinement pour limiter la propagation de la COVID-19.

Selon un communiqué du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), des policiers se sont rendus dans un immeuble résidentiel de Hull à la suite d’une plainte sur le bruit vers 0 h 45. L'adresse n'a pas été précisée.

Les agents ont estimé que plusieurs personnes devaient se trouver à l’intérieur du logement en raison du bruit et ont procédé à des vérifications, puisque les rassemblements ne sont pas autorisés.

Les policiers ont constaté que deux des cinq personnes présentes n'étaient pas résidentes du logement, peut-on lire dans le communiqué. Ce rassemblement contrevient à la directive de la santé publique qui somme les gens de rester chez eux pour limiter la propagation du coronavirus.

Le locataire a reçu un constat d'infraction de 1000  $ en vertu de la Loi sur la santé publique pour avoir tenu un rassemblement dans un logement.

Pas un cas isolé

D’autres dénonciations ont été faites dans les dernières semaines, mais il s’agit du premier constat d’infraction, selon Andrée East, agente relationniste du SPVG. Habituellement, les résidents se dispersent après avoir été informés par les policiers, a-t-elle précisé.

Malheureusement, les gens étaient très réfractaires à l’intérieur du logement.

Andrée East, agente relationniste du SPVG

En raison de son attitude récalcitrante, le locataire s’est également vu remettre un constat d’infraction de 200 $ pour avoir contrevenu au règlement municipal sur le bruit, peut-on également lire dans le communiqué.

On reçoit beaucoup de signalements depuis l’émission des directives du gouvernement, a ajouté Mme East, en entrevue à l'émission Sur le vif.

Elle a rappelé que les dénonciations doivent toutefois se faire par le biais de la ligne non urgente du SPVG, et ce, pendant le rassemblement.

Mme East a aussi souligné que, même si le SPVG privilégie une approche communautaire, ses policiers sont prêts à remettre des amendes en vertu de la Loi sur la santé publique.

Les contraventions peuvent varier de 1 000 $ à 6 000 $.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Prévention et sécurité