•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de mises à pied chez les fonctionnaires provinciaux, promet Legault

François Legault lors d'une conférence de presse.

Le premier ministre du Québec François Legault

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a confirmé mercredi qu’il n’y aurait pas de mises à pied au sein de la fonction publique. Il encourage les employés gouvernementaux qui ont du temps libre à prêter main-forte à leurs collègues.

« C’est le temps de s’aider, pas de couper », a déclaré François Legault lors de son point de presse quotidien aux côtés d'Horacio Arruda.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) indique notamment qu'une centaine d’employés de Revenu Québec répondent maintenant à la ligne téléphonique d’information sur le coronavirus. Des réceptionnistes de ministères moins sollicités peuvent aussi prêter main-forte à ceux qui croulent sous les demandes.

« Ces gens-là sont souvent redéployés vers les services qui sont nécessaires. Les ministères ont demandé une certaine souplesse et les employés ont répondu présents », indique le président général du Syndicat, Christian Daigle.

On donne un service pour s’assurer que la société puisse continuer à rouler.

Christian Daigle, président général du SFPQ

La fonction publique, en pénurie de main-d’œuvre avant la crise de la COVID-19, a maintenant peine à répondre à toutes les demandes des citoyens pour les services gouvernementaux, affirme Christian Daigle.

Et la demande ne va pas aller en s’atténuant, croit-il. Avec la mise en place de fonds d’urgence pour aider ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la COVID-19, les fonctionnaires devront mettre la main à la pâte pour répondre aux citoyens. 

Une injustice, dit un conseiller financier

Mais dans le privé, certains disent ressentir une injustice à perdre leur emploi en période de crise, alors que les fonctionnaires du gouvernement du Québec n’ont pas subi de mises à pied.

« On a l’impression que ça crée deux catégories d’employés, ceux du secteur privé qui font énormément de sacrifices et ceux du public », s’offusque le conseiller financier Ian Sénéchal, président de la plateforme Monconseiller.net.

Il raconte que plusieurs de ses clients qui ont perdu leur emploi ressentent une injustice de devoir se serrer la ceinture, alors que les employés provinciaux ne sont pas inquiétés.

« Les sacrifices économiques sont normaux quand on met l’économie du Québec en arrêt. Mais on a l’impression que la machine publique ne fait pas son effort. »

Ian Sénéchal concède que les fonctionnaires offrent des services essentiels à la population, surtout en période de crise. « La réceptionniste au ministère de l’Agriculture, je ne suis pas certain que son emploi est essentiel », plaide-t-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !