•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand une greffe de rein est reportée à cause du coronavirus

Une femme répond aux questions du journaliste.

Marie-Claude Camirand devait recevoir une greffe de rein sous peu.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La vie de l’ex-conseillère municipale du district de Chavigny à Trois-Rivières, Marie-Claude Camirand, devait changer en mieux dans les prochaines semaines. Alors qu’elle s'apprêtait à recevoir une greffe de rein, la pandémie de COVID-19 a forcé l’annulation de sa chirurgie.

Mme Camirand est l’une des victimes collatérales de cette maladie. Une greffe de rein, c’est considéré comme non urgent, se désole-t-elle. Alors en attendant, je suis en hémodialyse. Je ne sais pas si vous le savez, mais c’est 15 h par semaine à l’hôpital. C’est difficile sur la qualité de vie, difficile sur l’état physique.

Les traitements de dialyse lui permettent de rester en vie, mais n’éliminent pas complètement tous les déchets de son organisme.

On va essayer de voir le positif là-dedans. Si j’avais eu ma greffe, je serais en ce moment immunodéprimée, donc très, très à risque avec ce nouveau virus. C’est un mal pour un bien.

Marie-Claude Camirand

Les médicaments viennent en renfort aussi pour ne pas que le phosphore s’accumule, que le potassium s’accumule, ajoute-t-elle.

Pour ma part j’ai 21 comprimés par jour à prendre. Ce qui n’est pas si pire, des gens en situation de cancer en ont encore plus.

Marie-Claude Camirand

La bonne nouvelle, c’est qu’elle n’a pas tout perdu. Contrairement à bien d’autres qui seront appelés d’urgence, son sort n’est pas directement lié à la mort de quelqu’un.

C’est assez rare. Je pense qu’il y a juste 20 % des greffes rénales qui se font à partir de donneurs vivants, réalise Mme Camirand. J’ai la chance d’avoir un ami très, très, très généreux près de moi. Il est en parfaite santé, tout est prêt. Les tests sont terminés.

Elle implore les récalcitrants de respecter les consignes qui vont permettre de traverser plus rapidement cette crise.

Avec les informations de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus