•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une teinte d'ingéniosité permet à un salon de coiffure de Gatineau de rester à flot

Une pancarte du salon de coiffure Xentrik.

Le salon de coiffure Xentrik offre désormais la livraison à domicile de produits pour camoufler la repousse de cheveux.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Avec la pandémie qui sévit, les salons de coiffure, comme plusieurs autres commerces, ont dû fermer leurs portes. À première vue, l'idée que ces commerçants puissent continuer à offrir un service semble saugrenue, étant donné la proximité inévitable avec leurs clients. Pourtant, certains d'entre eux trouvent le moyen de le faire.

Dans le contexte actuel, il est impossible pour ces coiffeurs de continuer à servir les clients directement. Toutes les activités en salon ont dû cesser partout au pays.

En revanche, certains irréductibles font preuve d'ingéniosité. C'est le cas du salon Xentrik de Gatineau qui a décidé de se lancer dans la livraison de teinture pour sa clientèle.

À la place de baisser les bras, on a eu l’excellente idée d'ouvrir une boutique en ligne pour avoir un petit peu plus de revenus. On a décidé de liquider notre boutique à 30 % de rabais et de faire une livraison sur les balcons, explique Jaja Plouffe, la propriétaire du salon.

Jaja Plouffe en entrevue via FaceTime.

Jaja Plouffe garde la bonne humeur malgré la situation financière précaire dans laquelle elle se retrouve en raison des mesures de confinement actuelles.

Photo : Radio-Canada

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

De plus, l'entreprise offre également un « kit de survie » pour faire disparaître la repoussedes femmes qui capotent, qui veulent être belles pendant la COVID-19 à la maison, rajoute Mme Plouffe, le sourire aux lèvres.

Malgré tout, dans ce contexte d'incertitude, l'avenir ne semble guère rose pour les petits commerçants. Certains clients se sentent interpellés. C'est le cas d'Isabelle Sénécal et Christian St-Louis qui ont décidé d'être altruistes.

Nous, on est extrêmement reconnaissant, car on a encore notre emploi, mais pour les travailleurs autonomes, ce n'est pas le cas. On s'est dit qu'on voulait contribuer et payer pour notre rendez-vous, mais ne pas y aller, raconte Mme Sénécal.

En témoignant leur soutien à leur coiffeuse de longue date, le couple espère faire une petite différence.

Dans ce cas-ci, c'était déjà planifié, alors je ne vois pas en quoi ça peut nuire de contribuer , renchérit M. St-Louis.

C'est quasiment égoïste de notre part. On fait du bien aux autres, mais avant tout, on se fait du bien à soi-même!

Isabelle Sénécal, cliente de longue date du salon Xentrik

Émue devant tant de générosité, Jaja Plouffe espère déjà que cette triste situation sera loin derrière elle à pareille date l'an prochain.

On va regarder, sur Facebook ou Instagram, notre fil d'actualité des souvenirs un peu atroces... mais on aura passé au travers et la vie va continuer après tout, conclut la propriétaire du salon Xentrik.

Avec les informations de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Entrepreneuriat