•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masques et désinfectant produits par des entreprises du Lac-Saint-Jean

La distillerie Beemer reporte une fois de plus la production de ses premiers produits alcoolisés pour produire du désinfectant pour les mains.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Des entreprises de la région se retroussent les manches pour aider le réseau de la santé à affronter la pandémie de coronavirus et changent temporairement de vocation.

C’est notamment le cas de la nouvelle Distillerie Beemer, qui reporte une fois de plus la production de ses premiers produits alcoolisés. L'entreprise de Roberval a plutôt choisi de réserver 75 % de l'alcool éthylique qu'elle produit à la fabrication de désinfectant pour les mains.

Comme groupe, on s'est dit ce n'est vraiment pas le temps de commencer à mettre un produit sur le marché pendant qu'il arrive une crise aussi majeure que ça au niveau mondial. C'est complètement fou. On s'est dit qu'on est mieux d'attendre un peu que la crise passe pour pouvoir mettre nos produits sur le marché et se concentrer actuellement pour vraiment aider et faire du désinfectant, explique Philippe Harvey, copropriétaire de la distillerie.

Philippe Harvey devant des équipements informatisés

Philippe Harvey, copropriétaire de la distillerie Beemer de Roberval, veut prêter main-forte au réseau de la santé en pleine crise du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Beemer s’est associée à un chimiste pour fabriquer le nouveau produit. Si Santé Canada donne son aval, la population et le milieu de la santé devraient pouvoir s'en procurer rapidement. Selon les prévisions, le réseau de la santé pourrait alors manquer de gel hydroalcoolique.

Dès qu'on a les autorisations de Santé Canada, on le met sur le marché. On s'attend probablement à ce que ce soit dans une semaine, maximum, parce que toutes les mesures sont en accéléré au niveau gouvernemental. Normalement, ça aurait pris six ou huit mois.

Philippe Harvey, copropriétaire, distillerie Beemer
Phlippe Harvey devant des équipements

Beemer s’est associée à un chimiste pour fabriquer le nouveau produit. Si Santé Canada donne son aval, la population et le milieu de la santé devraient pouvoir s'en procurer d'ici à deux semaines.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Des masques en confection

Chez Polaire +, les commandes de masques s'accumulent. L'entreprise de fabrication de vêtements d'hiver compte désormais des membres du réseau de la santé parmi ses clients. Certains centres de santé de l'extérieur de la région auraient d'ailleurs passé plusieurs commandes.

Un mannequin porte un masque en tissu.

Polaire + utilise ses tissus destinés à produire des vêtements d'hiver pour fabriquer des masques.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Ils nous disent que pour l'instant, on n'est pas en contexte de pénurie, mais ils sont quand même inquiets de voir l'inventaire baisser très rapidement donc ils nous en commandent d'avance au cas où, explique la directrice générale, Cindy Dufour.

Polaire + aimerait aussi se lancer dans la fabrication de vêtements médicaux pour aider le réseau.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires