•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des syndicats demandent aux enseignants d'attendre avant d'envoyer des travaux aux élèves

Ils rappellent que le gouvernement n’a pas encore donné ses consignes.

Une fillette fait des devoirs.

Les élèves doivent se rabattre vers l'apprentissage à la maison. puisque les écoles ontariennes pourraient rester fermées durant encore plusieurs semaines.

Photo : getty images/istockphoto / hedgehog94

Des syndicats d’enseignants demandent à leurs membres d'attendre avant d'envoyer des travaux à la maison à leurs élèves. Ils rappellent par ailleurs que le gouvernement n'a pas demandé aux enseignants de le faire.

C'est le cas de l'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO), qui a donné cette consigne lundi dans un bulletin interne sur les négociations contractuelles en cours avec la province.

L'enseignante d'anglais de Nardin Misho, une élève de 12e année, a ensuite retiré le matériel scolaire qu'elle avait mis en ligne.

Je suis inquiète. Si elle ne peut pas donner les travaux dont on a besoin, qu'est-ce qu'il va arriver? On a besoin d'un certain nombre de cours en 12e année pour aller à l'université.

Nardin Misho, élève

Des enseignants ont expliqué aux élèves et aux parents qu'ils ne pouvaient pas envoyer de travaux en raison de la grève du zèle de l'AEFO.

La note envoyée lundi aux syndiqués, obtenue par Radio-Canada, indique toutefois que les enseignants devraient s'abstenir d'envoyer du matériel scolaire jusqu'à ce que le gouvernement envoie ses directives sur l'enseignement à distance.

Le message rappelle plus loin que le syndicat mène toujours une grève du zèle.

Le président du syndicat, Rémi Sabourin, explique que l'AEFO se penche encore sur la question des moyens de pression.

Ce qu'on dit c'est : n'envoyez pas de travaux à la maison, parce que ce n'est pas une consigne du gouvernement. Et en plus de ceci, reste à voir si c'est cohérent avec notre grève du zèle.

Rémi Sabourin, président de l'AEFO

Il dit que le syndicat demande à ses membres de rediriger les élèves vers la plateforme d'apprentissage lancée la semaine dernière par le gouvernement.

M. Sabourin ajoute que l'AEFO collabore avec le gouvernement pour déterminer à quoi ressemblera l'enseignement durant la fermeture des écoles.

Je sais qu’il y a beaucoup d’anxiété, mais je pense que c’est important de bien faire les choses et c’est pour ça que le message est à ce moment-ci : même si c’est bien d’être proactifs, attendons pour s’assurer que tous les élèves vont recevoir le même service, dit-il.

3359461A-4DDF-44A6-A2E3-9631EB484FB5

Rémi Sabourin, président de l’AEFO

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

La consigne de l'AEFO fait réagir Claudine Provencher, une mère de trois enfants.

Les enfants ne sont pas dans leur contexte habituel, d'aller à l'école, de voir leurs amis, leurs professeurs. Ils perdent leurs repères. Il y en a qui ont encore plus besoin du soutien des enseignants. Donc, plus que jamais, je pense qu'il faut que la directive soit assouplie, dit-elle.

La Fédération des enseignantes et enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) demande à ses enseignants de ne pas lancer de projets qui pourraient ensuite aller à l'encontre du plan qui est en train d'être mis sur pied par le ministère.

Les deux syndicats disent attendre que le gouvernement donne ses directives pour les semaines à venir.

On attend tous d'avoir les consignes du ministère de l'Éducation , affirme aussi Valerie Dugal, la porte-parole de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO). Elle ajoute que certains conseils scolaires ont demandé à leurs enseignants de ne pas envoyer de travaux.

De son côté, le ministère de l'Éducation refuse de confirmer qu'il s'apprête à envoyer des directives spécifiques sur l'enseignement à la maison. Des rencontres entre le ministère et les syndicats se poursuivent à ce sujet.

Le gouvernement se prépare à tous les scénarios, a déclaré par courriel Alexandra Adamo, la porte-parole du ministre de l'Éducation.

PRÉCISION :

La version originale de cet article a été modifiée afin de clarifier dès le début du texte que les enseignants n’ont pas reçu la consigne du gouvernement d’envoyer des travaux à la maison aux élèves et pour expliquer la directive du syndicat. Le titre a également été modifié.

Nous avons aussi fait une mise à jour de la consigne envoyée aux enseignants par la FEESO après la publication d'un communiqué où le syndicat clarifie ses directives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !