•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une amende salée ou la prison pour les voyageurs qui ne s'isolent pas

Un homme masqué et ganté attend sur un banc près d'une valise.

Un voyageur à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, à Montréal, le 20 mars.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Radio-Canada

Ottawa ne comptera plus sur la bonne volonté des voyageurs pour respecter la période de quarantaine exigée à leur retour au pays. Ceux qui contreviennent à l'obligation de s'isoler pendant 14 jours s'exposent désormais à la prison ou à une amende allant jusqu'à 750 000 $.

C'est ce qu'a annoncé mercredi la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu. La mesure, qui est comprise dans la Loi sur la mise en quarantaine, est en vigueur depuis 00 h 01 mercredi matin.

Plus tôt ce mois-ci, on a commencé à demander aux voyageurs revenant au pays de s’isoler à la maison. Aujourd’hui, cette demande devient une obligation, a fait savoir la ministre sur son compte Twitter.

Dorénavant, les voyageurs qui arrivent au Canada sont donc informés de l'obligation de respecter cette quarantaine de 14 jours.

Des vérifications en personne, mais surtout par téléphone, seront menées par des agents de quarantaine pour s'assurer du respect les directives. Des agents des services douaniers ou d'autres fonctionnaires se joindront à l'effort.

Et pour dissuader les réfractaires qui ne prennent pas la directive au sérieux, Ottawa ne lésine pas sur les moyens : les contrevenants s'exposent à une amende de 750 000 $ et sont passibles de six mois de prison. La version initiale de la loi prévoyait une amende maximale d'un million de dollars et un maximum de trois ans de prison, mais Santé Canada s'est par la suite ravisé.

Nous avons pris cette décision pour mieux protéger les plus vulnérables contre la COVID-19, a expliqué Mme Hajdu, toujours sur Twitter.

Par ailleurs, on interdit aux voyageurs qui arrivent au Canada et qui présentent des symptômes pouvant être associés à la COVID-19 de circuler dans les transports en commun pour se rendre vers leur lieu de quarantaine, a aussi fait savoir la ministre, qui estime que les directives ne peuvent être plus claires maintenant.

Patty Hajdu debout en Chambre.

La ministre de la Santé, Patty Hajdu, a annoncé la mise en vigueur des nouvelles mesures mercredi à la Chambre des communes.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le ton monte à Ottawa

Le gouvernement fédéral avait haussé le ton ces derniers jours, indiquant qu'il n'hésiterait pas à user de toutes les mesures à sa disposition pour faire respecter la période de quarantaine lors d'un retour de l'étranger.

La ministre Hajdu avait évoqué de possibles accusations criminelles dimanche pour les contrevenants, soulignant toutefois qu'elle ne souhaitait pas avoir à user de ces moyens.

Il est extrêmement important, en particulier pour ceux qui rentrent chez eux maintenant, de s'assurer qu'ils suivent les conseils que nous leur donnons. Si nous devons prendre des mesures plus fortes, nous le ferons, avait-elle prévenu en conférence de presse.

Quand nous disons que vous devez rester à la maison pendant 14 jours, cela signifie que vous restez à la maison pendant 14 jours, avait encore dit la ministre. Vous ne vous arrêtez pas pour l'épicerie, vous n'allez pas chez vos voisins ou vos amis, vous restez chez vous pendant 14 jours. Aucune exception.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !