•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jours difficiles pour les concessionnaires autos

Vue extérieure du concessionnaire autos Bayside Mazda, à Beresford.

C'est plutôt tranquille ces jours-ci chez les concessionnaires automobiles.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

François Vigneault

Les automobilistes intéressés à se procurer un nouveau véhicule durant la pandémie de la COVID-19 doivent s'ajuster aux mesures dictées par les gouvernements provincial et fédéral pour éviter la propagation du virus.

Les concessionnaires automobiles doivent aussi changer leur façon de faire avec la fermeture obligatoire des salles de montre. Ce qui signifie que les clients ne peuvent se rendre en personne pour magasiner une nouvelle auto, mais ils ont le loisir de consulter le site web du concessionnaire.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Ils peuvent aussi communiquer par courriel ou par téléphone avec un conseiller aux ventes, confiné à la maison au télétravail, pour obtenir des prix.

Les vendeurs ont leur ordinateur chez eux puis ils peuvent répondre à ces questions-là, indique Jean-Guy Grant, directeur général chez Bayside Mazda à Beresford, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.

Les deux dernières semaines ont été très tranquilles, il y a eu quelques ventes, mais très rares.

Côme Benoit, conseiller aux ventes à Miramichi
Photo de Côme Benoit prise dans son sous-sol.

Côme Benoit, conseiller aux ventes chez Trevors Hyundai, Nissan et Mitsubishi, à Miramichi, travaille de la maison ces jours-ci.

Photo : Gracieuseté Patricia Benoit

Côme Benoit, conseiller aux ventes chez Trevors Hyundai, Nissan et Mitsubishi, à Miramichi, travaille aussi de son domicile. Il reconnaît que les consommateurs ont d'autres priorités qu'acheter une auto neuve ces jours-ci.

Mais lorsqu'une entente survient, les deux parties peuvent se rencontrer au bureau du concessionnaire, dit-il, tout en respectant la distance recommandée par le gouvernement.

S'il y a vente, les contrats seront signés de chaque côté de la table, du bureau, si tu veux. Il n'y aura pas d'échange de stylo, indique M. Benoit.

Et il faudra se passer de la traditionnelle poignée de main pour sceller la vente.

Ça va être une bonne poignée de coude, dit-il en riant, sachant très bien que ce ne sera pas possible non plus puisqu'il doit s'assurer de conserver une distance d'environ deux mètres avec le client.

Plusieurs mises à pied

Vue extérieure du concessionnaire automobiles Trevors Hyundai à Miramichi.

Concessionnaire automobiles Trevors Hyundai à Miramichi.

Photo : Facebook

Chez les trois concessionnaires Trevors à Miramichi, plusieurs employés ont dû faire une demande d'assurance-emploi le temps que la situation ne revienne à la normale.

Même chose chez Bayside Mazda à Beresford, qui compte une quinzaine d'employés.

On a été obligé de faire des mises à pied aux ventes puis aussi au service parce que c'est moins occupé. Il y a quatre employés qui ont été mis à pied, précise Jean-Guy Grant.

Jean-Guy Grant pose assis à son bureau chez Bayside Mazda.

Jean-Guy Grant, directeur général et copropriétaire de Bayside Mazda, à Beresford.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Comme chez les autres concessionnaires automobiles, le secteur de la mécanique est reconnu comme un service essentiel et demeure donc ouvert pour les réparations qui ne peuvent attendre.

On a mis des choses en place que les clients sont espacés assez puis de ce côté-là, on est vraiment sécure là, dit Jean-Guy Grant.

Celui qui oeuvre dans le monde de l'automobile depuis plus de 35 ans avoue que les prochaines semaines s'annoncent difficiles financièrement, mais qu'au bout du compte le premier objectif, rappelle-t-il, est de s'attaquer au coronavirus.

C'est la santé des gens qui est la première préoccupation pour nous autres là, mais il reste que c'est pas agréable disons de ne pas fonctionner. On n'est pas les seuls puis je pense qu'on va passer au travers, mais il reste qu'il y a beaucoup d'incertitude dans l'air.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie automobile