•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'Ontario présente un plan d'urgence de 17 milliards

Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Plus de ressources en santé, de l'aide pour les entreprises et une allocation pour les familles : le gouvernement de Doug Ford a dévoilé, mercredi, un plan de 17 milliards de dollars face au coronavirus.

Ce plan prévoit des investissements de 3,3 milliards en santé, ce qui permettra entre autres d'ajouter 1500 lits dans les hôpitaux et d'accélérer le dépistage de la COVID-19.

Dans son énoncé économique, le ministre ontarien des Finances, Rod Philipps, annonce aussi une série de mesures totalisant 10 milliards pour les entreprises et une aide de 3,7 milliards pour les travailleurs et les familles.

Cinq mesures qui vont vous intéresser

  • Familles : une somme ponctuelle de 200 $ par enfant de 12 ans et moins (250 $ pour les enfants ayant des besoins particuliers)
  • Travailleurs : un investissement de 100 millions du gouvernement dans les programmes de formation professionnelle pour les travailleurs touchés par la COVID-19
  • Aînés : les prestations du Régime de revenu annuel garanti seront doublées pendant six mois pour les personnes âgées moins nanties
  • Étudiants : un congé de six mois sur le remboursement des prêts étudiants
  • Entrepreneurs : une période de grâce de cinq mois pour les entreprises qui ne sont pas en mesure de régler leurs impôts immédiatement

Durant cette pandémie mondiale, je veux qu'en Ontario les gens se concentrent sur leur santé, et pas sur la crainte de perdre leur emploi ou sur la manière de joindre les deux bouts.

Rod Phillips, ministre des Finances de l'Ontario
Rod Phillips en point de presse.

Le ministre des Finances de l'Ontario, Rod Phillips

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le gouvernement ontarien reporte aussi de 90 jours le prélèvement de la portion des impôts fonciers allant au système scolaire, ce qui permettra aux municipalités, selon la province, d'offrir un report d'impôt foncier aux résidents et aux entreprises.

Le graphique précise que 17 milliards est le total investi. Que de cette somme 3,3 milliards vont à la santé, que 10 milliards vont aux entreprises et que 3,7 milliards sont pour les travailleurs et les familles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Plus tôt cette semaine, le premier ministre Ford avait annoncé une réduction des tarifs d'électricité pour les particuliers, les PME et les fermes.

La COVID-19 représente une menace monumentale à notre santé et à notre économie. Nous nous battrons et nous n'arrêterons pas de le faire.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

La province a ordonné la fermeture de tous les commerces et entreprises offrant des services jugés non essentiels.

Pas d'aide aux familles avant avril

L'allocation familiale promise par le gouvernement ne sera pas disponible avant avril.

Par ailleurs, les familles devront s'inscrire pour recevoir la somme ponctuelle.

L'inscription se fera par le biais d'un portail web à partir du 6 avril. Les fonds seront transférés électroniquement par la suite. Le gouvernement promet que l'argent sera versé rapidement, mais il n'a pas donné d'échéancier.

Le coût de cette initiative : 340 millions.

La chef de l'opposition officielle, la néo-démocrate Andrea Horwath, réclamait plutôt une allocation immédiate de 2000 $ pour les individus et les ménages au chômage ou ayant subi une perte de revenus à cause de la COVID-19, et une aide additionnelle de 250 $ par enfant.

Le gouvernement Ford se défend en disant agir de façon complémentaire avec Ottawa, qui offrira une prestation d'urgence de 2000 $ aux travailleurs touchés par la pandémie, mais là encore, l'aide fédérale ne sera pas versée avant la mi-avril.

[Les Ontariens] ne peuvent pas attendre des semaines.

Andrea Horwath, chef du NPD de l'Ontario

Déficit de 20,5 milliards

Le déficit ontarien doit être de 9,2 milliards cette année, selon le gouvernement, soit légèrement plus que ce qui était prévu (9 milliards) dans l'énoncé économique de novembre dernier.

En revanche, le déficit doit bondir à 20,5 milliards en 2020-2021. Le budget provincial du printemps dernier prévoyait plutôt qu'il allait baisser à 6,8 milliards.

  • La COVID-19 et les fermetures d'entreprises que la maladie provoque auront une incidence négative de 5,8 milliards sur les revenus fiscaux du gouvernement, estime la province.
  • Le taux de chômage doit être de 6,6 % en 2020 et l'an prochain, selon les prévisions de la province.

La conjoncture économique mondiale demeure grandement incertaine.

Énoncé économique de l'Ontario

Quand l'Ontario sortira-t-il du rouge? L'énoncé économique ne contient pas d'échéancier. Avant la pandémie, le gouvernement Ford avait promis d'éliminer le déficit d'ici 2023-2024.

La province indique qu'elle déposera son budget d'ici le 15 novembre et précisera alors ses perspectives financières à long terme.

L'Ontario trop optimiste?

Le gouvernement anticipe une croissance nulle du PIB de l'Ontario cette année et de 2 % en 2021. Toutefois, de l'avis de plusieurs économistes, même ces prévisions plutôt sombres semblent optimistes.

Ainsi, la Banque Scotia prévoit une contraction de 5,6 % de l'économie ontarienne cette année. Le Conference Board prédit, pour sa part, une contraction de 1,1 % de l'économie canadienne en 2020 si les mesures de distanciation sociale sont maintenues jusqu'à la fin août au Canada et aux États-Unis.

Le gouvernement Ford affirme que les annonces de mercredi constituent « la première étape » et que d'autres investissements pourraient être nécessaires pour lutter contre la pandémie et stimuler l'économie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !